Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Roman arc-en-ciel : Le Soleil est pour toi

Christelle Gombert - 15.04.2015

Livre - adolescence - John Green - amour


Noah et Jude, frère et sœur jumeaux, ont 13 ans. Même âge, même cœur, ils vivent à l'unisson. Pourtant, si Jude est belle et populaire, Noah a plutôt l'impression d'avoir été largué sur Terre sans préparation. Alors quand il ne se fait pas traiter de pédé par les attardés du surf, il dessine. Tout le temps, partout. Il peint les fenêtres qui s'ouvrent dans les poitrines quand les gens sont heureux. Les garçons qui sortent de l'eau en tirant la mer derrière eux comme une couverture. Et surtout Brian, son fascinant voisin, qui ressemble à une aurore boréale et transporte des morceaux de galaxie en bandoulière.

 

Trois ans ont passé. Les jumeaux ne se parlent plus depuis longtemps. Jude se cache désormais sous son uniforme anti-drague : vêtements trop grands, cheveux coupés et cachés dans un bonnet.  Quant à Noah, il est devenu… normal. Il ne touche plus à ses crayons. Il a même des amis. On dirait bien que les jumeaux ont échangé leurs personnalités… Quel événement a pu être assez brutal ? Quel secret est assez douloureux pour briser le lien qui les unissait depuis la formation de leurs premières cellules ? Il aurait au moins fallu quelque chose comme… le Soleil qui s'éteint d'un coup. Et ils ont chacun, à leur manière, appuyé sur l'interrupteur.

 

Si vous ne devez lire qu'un seul livre cette année, c'est forcément celui-ci. Des fans de John Green dans la salle ? Vous allez adorer ! On retrouve ici un peu de son univers, mais Jandy Nelson n'a rien à lui envier. Elle sait nous faire rire du début à la fin et pose la vie elle-même sur le papier, en y ajoutant un soupçon de magie qui ne laissera personne indifférent. On dévore page après page, comme on courrait à travers une galerie de tableaux explosifs et multicolores.

 

Lire Le Soleil est pour toi, c'est se faire des amis étranges et inoubliables, vivre trois… non, quatre histoires d'amour, rire (beaucoup), pleurer (un peu), et apprendre à se mettre davantage de couleur et de magie dans les yeux. Lire Le Soleil est pour toi, finalement, c'est avoir droit à sa propre part de Soleil.