Roman funambule : Highline

Charlotte Mada - 05.02.2015

Livre - liberté - danger - sport extrême


Le moment de tirer à pile ou face est enfin arrivé. Tiraillés entre l'angoisse et l'envie, Mouss et son ami attendent le verdict. C'est le narrateur de Highline que le sort choisit. Il se lance alors sur la slackline qu'ils ont installée, en pleine nuit, entre les tours Prélude et Fugue des orgues de Flandre.

 

Cinquante mètres à parcourir, cinq minutes sur une corde de deux centimètres et demi de large à cent mètres au-dessus du sol, sans la moindre protection. De quoi réfléchir sur la vie, la mort, l'avenir…

 

Charlotte Erlih nous offre un roman fort et prenant sur l'adolescence et ses angoisses. D'abord euphorisante, la traversée se révèle vite terrifiante. La douleur physique, la peur de la chute, le froid. Mais aussi la réflexion sur cette vie de solitude, cette mère qui l'a abandonné, le foyer… Mouss, lui, au moins, il a une famille qui l'aime et s'inquiète pour lui. Qu'attendre de l'existence dans ces conditions ? Alors, pourquoi pas la mort, à la fois si effrayante et si engageante ? Il suffirait de le suivre ce petit oiseau posé sur la corde. Mais, finalement, l'espoir est peut-être là, au bout de la slackline

 

Une écriture puissante, des phrases courtes, ciselées. Un texte court, poignant, bouleversant, dans la droite ligne des romans de la collection « d'une seule voix ».