Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Roman optimiste : La vie par 7

Génie Audran - 16.02.2015

Livre - amitié - émotions - optmisme


Willow Chance n'est pas une petite fille comme les autres : surdouée, elle se passionne pour le jardinage, les pathologies rares, le chiffre 7, et n'est pas très à l'aise avec les enfants de son âge. Un jour, elle perd brusquement ses deux parents dans un accident de voiture. Ils étaient tout son monde. Celui-ci ne se résume plus désormais qu'à sa nouvelle amie Mai et à sa famille, et à l'impayable Dell Dukes, son conseiller d'orientation paresseux et délicieusement incapable.

 

La Vie par 7 est un de ces romans qui donnent envie de croire enl'humanité. Porté par un groupe de personnages hauts en couleur et profondément attachants, le roman de Holly Goldberg Sloan traite de manière intelligente, pudique et juste des thèmes du deuil, de l'amitié et de la différence. Autour de la toute nouvelle orpheline va se fédérer spontanément une incroyable tribu, prête à tout pour faire sourire la petite Willow, et lui donner un foyer. Rien n'est impossible pour cette famille d'adoption : feindre d'habiter chez Dell Dukes pour tromper les services sociaux, quitte à réorganiser tout l'appartement du conseiller, ou planter tout un jardin.

 

La solidarité est au cœur du récit, et chaque personnage grandit au fil du roman, apprenant de sa cohabitation avec l'adorable Willow. Si l'évolution de la petite fille est évidemment émouvante, celle des autres protagonistes l'est tout autant, sans qu'il ne soit nécessaire de forcer le trait. Le personnage de Dell Dukes, caricatural de prime abord, s'avère par la suite profondément sensible et humain. Celui de Jairo, le chauffeur de taxi qui devient l'ami de Willow, montre qu'il n'est jamais trop tard pour croire en ses rêves. Willow donne envie à chacun de donner le meilleur de soi-même. Le message véhiculé par La Vie par 7 est éminemment optimiste.

 

Voilà donc un beau roman qui, bien que traitant de la difficulté de surmonter un décès, nous fait sourire plus d'une fois, et ne tombe jamais ni dans l'excès, ni dans le pathos.