Roman qui assume

Laurie Cavalière - 07.08.2016

Livre - adolescence - apparence - corps


Willowdean est grosse et bien dans sa peau, merci. Cependant, toute son assurance vole en éclats le jour où elle croise le chemin de Bo, fou amoureux d'elle (et qui porte bien son prénom).

Willowdean, qui assumait auparavant son physique et se moquait du regard des autres, est complexée et gênée par leurs différences physiques. Bien qu'elle aime Bo, elle refuse de jouer dans le remake de « La Belle et la Bête » et de terminer ses études en étant la risée du lycée. Elle décide donc de s'inscrire au célèbre concours de beauté de Clover City, l'événement qu'elle déteste le plus ! Sa mère, ex-reine de beauté et présidente de l'association, surnomme sa fille Miss Dumplin (=Miss Boulette en français). Elle est sidérée de voir sa fille candidate et les tensions ne manquent pas ! Elles sont si différentes l'une de l'autre…

Néanmoins, propulsée au rang d'idole, Willowdean entraîne malgré elle dans le concours d'autres lycéennes disgracieuses qui peinent à s'assumer. « Miss Lupin Junior » devient une épreuve pour notre héroïne qui tracera son propre chemin dans la compétition et trouvera le moyen de s'affirmer, une bonne fois pour toute !

 

Julie Murphy offre un nouveau regard sur l'acceptation de soi dans Miss Dumplin. Elle aborde l'adolescence et les problèmes de poids avec pertinence et originalité grâce au personnage attachant et haut en couleur de Willowdean. Julie Murphy soulève les questions de la confiance en soi lorsque l'on tombe amoureux. Tout allait bien dans la vie de Willowdean jusqu'à ce qu'elle rencontre Bo. Son physique, qui ne lui posait aucun problème, devient à présent un obstacle. Son malaise grandit et la conduit à s'interroger sur le regard des autres… Ses relations avec sa mère, sa meilleure amie, son copain, vont en pâtir. A travers son combat personnel pour s'assumer et connaître enfin le bonheur, Willowdean va bousculer la petite vie tranquille de Clover City.

Miss Dumplin est un roman d'apprentissage sympathique et chaleureux. La dimension psychologique du regard de l'autre, de la pression de l'être aimé est très intéressante.

Des regrets ? Un dénouement rapide et une fin bâclée. Le lecteur aurait souhaité en savoir davantage sur la relation conflictuelle mère-fille et sur l'avenir avec Bo.

L'humour et l'autodérision des personnages rappelleront aux lecteurs les Petites Reines de Clémentine Beauvais qui demeure, incontestablement, notre chouchou sur cette thématique.