Roman sensible : J'étais là

Laurie Cavalière - 10.02.2016

Livre - suicide - mal-être - dépression


Que feriez-vous si vous appreniez le suicide de votre meilleure amie ? Vous qui étiez sa plus proche confidente ?

 

Lorsque Cody apprend la mort de sa meilleure amie Meg, elle pense que c'est une mauvaise blague. Et lorsqu'elle découvre le lendemain son mail d'adieu, son monde s'écroule.

 

Pourquoi Meg a-t-elle mis fin à ses jours ? Cody compte bien le découvrir et faire éclater la vérité.

 

J'étais là de Gayle Forman est un roman à la pudeur grave. Il traite de la dépression et des maladies mentales pouvant pousser au suicide. Le ton du récit est dramatique et solennel. Certes l'auteure aurait pu aller plus loin dans le décryptage des comportements des personnages de ce drame. Elle choisit néanmoins de traiter ce sujet sensible avec sobriété et délicatesse plutôt que de faire dans le sensationnalisme et de tomber dans le pathos. On comprend la retenue dont fait preuve Gayle Forman qui dédie son roman à Suzy Gonzales. Cette jeune américaine de 19 ans qui souffrait de dépression a mis fin à ses jours. Journaliste réputée, Gayle Forman avait rencontré ses proches et avait écrit un article sur le suicide chez les jeunes adultes. Et c'est ainsi que Suzy Gonzales a inspiré le personnage de Meg, et de Meg est née Cody, l'héroïne de J'étais là.

 

L'auteure ne cherche pas tant à expliquer le geste qu'à alerter sur les dangers de la dépression. On ressent l'urgence du message délivré par Gayle Forman. La dépression est une maladie grave pouvant, si elle n'est pas sérieusement soignée, conduire à l'isolement et faire naître des troubles psychologiques… pouvant mener au geste fatal.

 

L'ouvrage, conseillé à partir de 13 ans, s'adresse davantage au lecteur de 15 ans et plus ; la gravité du sujet et la vérité sous-jacente pouvant choquer les mentalités des plus jeunes.