Roman Super : Mon frère est un super-héros

Camille Abbey - 23.11.2015

Livre - super-héros - humour - frère


Luke Parker, 11 ans, vit à Londres. Il aime Docteur Who, Star Wars, les BD et les super-héros. Il a un grand frère, Zack, 14 ans, qu'il voit comme une tête d'ampoule ennuyeuse. Mais quand un responsable d'un autre univers, Zorbon le Decideur, vient donner à quelqu'un des supers pouvoirs et lui demande de sauver le monde, Luke a manqué les cinq minutes les plus importantes de l'histoire car il était parti faire pipi. C'est à Zack que la mission a été confiée et il choisit comme nom de super-héros Star Mec. En attendant d'en savoir plus sur la terrible ennemie qu'il va devoir combattre, Némésis, il arrête des trains qui déraillent, empêche les braquages de banque et sauve un bébé d'un bâtiment en flammes. Zack est secrètent amoureux de sa voisine, la belle Lara. Luke et son frère arrivent à garder son identité secrète et ce lourd secret intact mais pour combien de temps encore ?

 

On nous promet des éclats de rire à toutes les pages de Mon frère est un super-héros et on les a quasiment. On adore les sarcasmes permanents de Luke à l'égard de son grand frère. Il y a des scènes d'action mais surtout beaucoup d'humour. Leurs aventures sont rocambolesques et l'écriture de David Salomons, très inventive, séduira les lecteurs. L'auteur apparaît dans ce livre comme le roi de la comparaison, pour n'en citer que deux, « deux rangées de dents blanches comme des cuvettes de toilettes »,  « Lara utilisait les mots comme Hulk ouvrait un paquet de chips ». C'est aussi un texte qui pourra faire venir à la lecture de romans les jeunes fans de BD.

 

On doit suivre tant bien que mal l'imagination débordante de Luke, qui se voit en super-héros sauveur de l'univers depuis toujours. C'est d'autant plus comique, touchant et triste à la fois que ce n'est pas lui qui est choisi car même dans les BD et dans les romans, tout n'est pas toujours fait pour le mieux et la vie n'est pas forcément juste et logique mais elle est souvent drôle lorsque l'on prend les événements avec distance et détachement.