S'improvisant journaliste, Amanda Lindhout devient otage en Somalie

Fabien C. - 07.03.2017

Livre - Amanda Linndhout - captivité miliciens somalie - otage prisonnière femme


Le témoignage est éprouvant, traitant de la violence avec prudence, sans gratuité. Mais cette dernière n’en est pas moins omniprésente. Amanda Lindhout, journaliste indépendante, a été kidnappée en Somalie, alors qu’elle voyageait avec Nigel Brennan, photographe. Une maison dans le ciel est le récit de 460 jours de captivité.

 

 

 

Au départ, Amanda est une serveuse, soucieuse de quitter le Canada, où elle mène une vie assez médiocre. Elle s’improvise alors journaliste, et décide de partir pour l’Afghanistan en 2007, avant de gagner l’Irak, neuf mois plus tard, en janvier 2008. Premier kidnapping, mais après avoir payé sa propre rançon, ses ravisseurs la relâchent. Et Amanda veut aller plus loin.

 

Elle contactera Nigel Brennan, pour lui proposer un départ pour la Somalie. Photographe australien, pas vraiment connu pour des reportages en territoire hostile, il accepte de partir. Ils arrivent tous deux durant l’été 2008 en Somalie, alors en pleine guerre civile. Dès lors, ils représentent deux victimes toutes trouvées pour des islamistes qui, sur place, avaient décidé de réaliser un enlèvement. Nigel et Amanda feront parfaitement l’affaire.

 

Le 23 août, ils tombent dans les mains d’un groupe d’hommes armés, qui réclament 3 millions de dollars pour rendre les otages. S’enchaîneront les pires sévices que l’on puisse imaginer. Le calvaire pour tous deux durera jusqu’au 25 novembre 2009. Et c’est le récit de ces atrocités que publient les éditions Seramis.

 

Les mémoires d’Amanda Lindhout suivent de quelques années celles déjà livrées par Nigel Brennan – confirmant tous les propos déjà racontés par le photographe. C’est l’histoire d’une naïveté effarante, qui est ici présentée, où l’aveuglement d’une femme désireuse de trouver l’aventure rencontrera finalement l’horreur. Qui aurait pu la conduire à la mort, avec son compagnon de voyage.

 

[Extraits] Une maison dans le ciel ; 460 jours de captivité aux mains de miliciens islamistes de Amanda Lindhout 

 

Dernièrement, l’un de ses ravisseurs a été arrêté alors qu’il tentait d’entrer sur le territoire canadien. Son procès doit débuter en octobre prochain.

 

Amanda, de son côté, a fondé la Global Enrichment Foundation, organisation a but non lucratif, voué à la promotion de programmes éducatifs en Somalie. Et une adaptation de son histoire au cinéma serait en cours. 

 


Pour approfondir

Editeur : Seramis
Genre :
Total pages : 400
Traducteur :
ISBN : 9791096486007

Une Maison dans le ciel

de Amanda Lindhout

Un best-seller international bientôt au cinéma !Après avoir échappé au quotidien d’une enfance difficile en se plongeant dans de vieux numéros du magazine National Geographic, la jeune Amanda Lindhout décide de partir à son tour à la découverte de ce monde qui la fait tant rêver.À 19 ans, elle travaille comme serveuse et parvient à mettre suffisamment d’argent de côté pour s’offrir de longs périples sac au dos en Amérique latine et en Asie, jusqu’à ce que son énergie et sa curiosité l’amènent à découvrir d’autres pays plus difficiles d’accès pour une femme occidentale tels que le Soudan, la Syrie ou encore le Pakistan. Enhardie par ses découvertes et ses rencontres, elle part pour l’Afghanistan et l’Irak, tous deux ravagés par la guerre, et entame une carrière de journaliste qui va la conduire en Somalie – « le pays le plus dangereux sur terre » –, où elle se fait kidnapper par un groupe d’hommes armés se réclamant d’une milice islamiste.Retenue prisonnière pendant 460 jours dans des conditions souvent effroyables, seule femme au milieu d’une dizaine d’hommes, Amanda survit en faisant appel à son intuition, à ses souvenirs et à sa force de caractère.Et, quand le désespoir la submerge, elle se prend à rêver qu’elle visite une maison dans le ciel, loin, très loin de la prison obscure dans laquelle elle risque de sombrer dans la folie ou de trouver la mort.Une adaptation cinématographique de cet ouvrage est en cours. Le film sera réalisé par Megan Allison, la productrice de Zero Dark Thirty et The Revenant, et c'est l'actrice Rooney Mara (Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, Carol) qui tiendra le rôle d'Amanda Lindhout.Un témoignage bouleversant élu meilleur livre de l’année 2013 au Canada !EXTRAITNous avions donné un nom à quelques-unes des maisons dans lesquelles ils nous avaient enfermés. Nous étions restés plusieurs mois d’affilée dans certaines, quelques jours ou quelques heures dans d’autres. Il y avait eu tout d’abord la Maison de l’Artificier, puis celle de l’Électricité. Puis ce fut la Maison de l’Évasion, une petite construction en béton où il nous arrivait parfois d’entendre par la fenêtre des échanges de tirs, mais aussi la voix proche, douce et tendre d’une femme chantonnant pour son enfant. Après notre tentative d’évasion, nous avions été transférés de manière précipitée dans la Maison Kitsch, avec son boudoir au couvre-lit fleuri et à la coiffeuse en bois garnie de bombes de laque ou de gel coiffant parfaitement alignées – une pièce dans laquelle, à en juger par les protestations de la femme cantonnée dans sa cuisine, nous n’étions pas censés nous trouver.CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE- Un extraordinaire récit de résilience et de victoire spirituelle. - The New York Times Book Review- Élu meilleur livre de l’année 2013 au Canada- CBC Bookie Award 2014 dans la catégorie « document »- Finaliste du Libris Award 2014- Élu parmi les meilleurs livres de l’année par Publishers Weekly, The New York Times, The Globe and Mail, Vogue, etc.

J'achète ce livre grand format à 21 €

J'achète ce livre numérique à 14.99 €