medias

Savoir vivre est la chose du monde la moins partagée : l’art de vivre et survivre

Clémence Holstein - 20.03.2018

Livre - Émilie Houssa roman - nuit passera roman - Émilie Houssa livre


Le roman d’Émilie Houssa, La nuit passera quand même, se lit aussi facilement qu’il s’imprègne en soi. Une lecture qui ne laisse pas indifférent et qui en appelle à ce qui anime tout un chacun. Plongée dans les profondeurs de l’homme, seul et accompagné.

 



 

C'est là le roman d’une vie, d’une demi-vie qui se cherche dans tous les recoins de son être et dans les mouvements de ses proches. C’est le roman d’une famille qui passe, ondule, opère flux et reflux. L’ECG d’un être et d’une famille sur quelques décennies. Mais l’ouvrage d’Émilie Houssa exige d’être honnête. 
 

Le va-et-vient marque ce roman, au sein de chaque sujet le héros ou la famille, et aussi, ces allers-retours entre soi et les autres, intérieur et extérieur, qui font écho comme à angle droit aux mouvements de la famille. Les vents qui s’entrecroisent et s’enveloppent pour construire et détruire les vies.
 

En arrière-plan, sans sensibleries inutiles, l’Histoire et ses absurdités guerrières se dessinent et elles aussi rentrent dans ce mouvement général de vents et marées, répétitions incompréhensibles de l’humanité à grande échelle.

 

Émilie Houssa se distingue dans le même temps par son écriture de l’enfance étrange et de l’adolescence normative. Magnifique hommage à l’enfant sensible, l’enfant qui gêne et qui fait vivre pourtant ses proches de par ses particularités d’être à vif. L’enfant qui soigne, qui accepte les coups et accueille les douleurs. Vous savez bien, dans une famille, cet enfant-là ! Oui celui-là ! parfois malade, trop délicat pour la vie quotidienne, ou solitaire, ou encore étranger. Cet enfant-là réceptacle des marées et vents, de leurs déchets et leurs violences. Cet enfant-là qui, adulte, ne cessera de l’être et continuera de porter trop de mondes pour un seul homme et de vivre pour les autres, hors de lui-même, ne sachant pas comment ni qui pourquoi.
 

Et puis l’adolescence et le corps, ses désirs et ses caprices, là encore, sont poignants de justesse. Cette inadéquation avec son corps et le fameux sentiment d’étrangeté qui rompt toute harmonie sont exprimés avec le cœur que l’écrivain peut mettre à aimer son personnage.

 

À travers tout un questionnement sur le rapport au corps, dans un contexte particulier certes, se pose l’immense problème de l’autre, de l’Autre et du réel. C’est donc profondément que l’auteure va questionner le lecteur. Elle l’invite à visiter ses propres retranchements. Elle ne l’y contraint pas. L’écriture est plus subtile que cela. Celui qui veut peut l’éviter, mais plus les pages avancent et plus l’écriture devient mordante sur ces questions existentielles.

Émilie Houssa nous emmène dans une autre époque, divers lieux, et les questions restent les mêmes, celles que la plupart d’entre nous ne se posent qu’en cas critique de surgissement violent du réel. 

 

La mise en abyme de l’écriture et la réflexion immanquable qui en découle donnent une épaisseur de plus à cet oignon aux mille écorces. Et c’est même cette lecture que l’on est voué à réfléchir dans un ultime miroir. Mais la série des miroirs peut-elle réellement s’arrêter ?


[Extraits] La nuit passera quand même de Émilie Houssa 

 

Peut-on parler de roman initiatique ? Certainement oui. L’envol d’un être en perpétuelle quête qui devra, comme tout un chacun, se battre contre ses démons. Et d’un lecteur qui n’est pas épargné par cette plongée dans ses abysses propres. Soyez prêts à penser.
 

On regrettera peut-être à un moment ou l’autre que l’auteure ne nous emmène encore plus loin dans les méandres de cette vie, de cet homme qui grandit littéralement sous nos yeux. Mais peut-être est-ce à nous lecteurs de nous raconter cette vie ou de nous raconter la nôtre.

 

Émilie Houssa – La nuit passera quand même — Editions Denoël – 9782207140239 — 18 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Denoel
Genre :
Total pages : 256
Traducteur :
ISBN : 9782207140239

La nuit passera quand même

de Émilie Houssa

"La famille prit la direction de la mer le premier matin d’août. Ce fut un grand déménagement. Chacun muni d’une valise, d’un chapeau ou d’une casquette se vit également doté d’un attirail spécial à porter : un parasol, confectionné par Martha pour éviter d’en acheter un "les yeux de la tête" près de la plage, une canne à pêche, deux épuisettes et une bouée qu’on avait déjà gonflée pour être sûr qu’elle n’était pas percée mais qu’on n’osait plus dégonfler de peur d’endommager le système. La famille au complet sortit de l'appartement en short et en sandales.

J'achète ce livre grand format à 18 €

J'achète ce livre numérique à 12,99 €