Scherbius (et moi) d'Antoine Bello : la fiction de l'imposture

Laure Besnier - 04.05.2018

Livre - Antoine Bello - Livre imposteur - Livre psy


Antoine Bello, entre autre auteur de la trilogie des Falsificateurs, signe un savoureux retour chez Gallimard avec Scherbius (et moi). Sous sa plume acérée, parfois cocasse, un psychiatre qui rêve de gloire retrace ses tentatives de guérir Scherbius, un imposteur, chez qui il croit avoir décelé un trouble de la personnalité multiple. Entre jeu de dupes et mise en abyme, portrait de la psychiatrie et de la littérature à la fin du XXe siècle.
 


 

En 1977, Maxime Le Verrier, jeune et fringuant psychiatre, ouvre son cabinet et rencontre, dans des conditions pour le moins surprenantes, son premier client : Alexandre Scherbius. Ce dernier est un imposteur, endossant régulièrement différentes identités et exerçant différents métiers. 

 

Décelant chez son mystérieux patient un trouble de la personnalité multiple (TPM), Maxime Le Verrier publie un livre aux Éditions du sens, avec les encouragements de sa fondatrice, Alice Samuel. Scherbius, publié en 1978, se transformera, au gré des tribulations de l’auteur en seconde puis troisième édition, jusqu’à s’intituler Scherbius (et moi) dans une sixième et dernière édition, parue en 2004.  
 

Portrait de psychiatre

 

Si Maxime Le Verrier fait de Scherbius son étude, ses ouvrages brossent plutôt son propre portrait. Personnage tout à fait ordinaire, psychiatre en quête de reconnaissance et de célébrité, pompeux, trop sûr de lui, parfois de mauvaise foi, débordant d’estime pour lui-même et ses « maîtres » français… Il en devient souvent comique ou grotesque.

 

C’est à se demander qui est l’imposteur : Scherbius ou bien Maxime Le Verrier, qui peine finalement à diagnostiquer le premier ? En même temps que le psychiatre fait la chronologie des événements de la vie de son patient, il fait la sienne propre. Forme de roman de désapprentissage plein d’humour – un Bildungsroman au négatif –, Scherbius (et moi) – même le titre est drôle – raconte les désillusions d’un psychiatre attachant. 

 

Antoine Bello, extrêmement bien renseigné, fait revivre les débuts de la psychiatrie française au XXe siècle, la construction du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), réédité régulièrement par l’Association américaine de psychiatrie, les tendances d’étude et de diagnostic. L’auteur rappelle la violence des mots, celle de pouvoir caractériser une maladie, au risque d’en ignorer une autre. 

 

Le jeu de la littérature

 

Indubitablement, Antoine Bello tourne en ridicule son narrateur et taquine son lecteur. Scherbius (et moi) est un véritable terrain de jeu pour son personnage éponyme, plein de ressources et d’imagination. Il annonce plusieurs fois qu’il va nous tromper, sans pourtant que nous nous en défendions. Imposteur ou arnaqueur désarmant, c’est plutôt lui l’auteur du livre que Maxime Le Verrier écrit sur lui. 

 

Dans la mise en abyme de Scherbius (et moi), la fiction s’incorpore à la réalité sans se transformer en lieu commun. L’ouvrage met en scène l’écrivain, son sujet, le lecteur, le monde de l’édition et du cinéma, ainsi que les relations entre eux tous – les égos qui se frottent les uns aux autres.

 

Si Maxime Le Verrier se rêve secrètement en Robert Crichton écrivant sur l’imposteur Demara, de la même manière, on se souviendra de Scherbius, et non de son « biographe ». C'est lui qui les éclipse tous. À la fois écrivain et sujet d’écriture, Alexandre Scherbius incarne parfaitement l’auteur, cet imposteur. 



Antoine Bello — Scherbius (et moi) — Gallimard — 9782072791673 — 21 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.