medias

Sens dessus dessous : l'immeuble du bord de mer de Milena Agus

Mimiche - 24.02.2017

Livre - Littérature italienne - Sardaigne - immeuble


Dans le quartier du port, à Cagliari, les immeubles sont tellement rapprochés que les appartements des premiers étages sont sombres tant ils ne peuvent recevoir le soleil. Au contraire, les derniers étages baignent dans la lumière et permettent, parfois, de voir la mer.

 

Dans les premiers, ce sont les pauvres qui habitent. Dans les seconds, ce sont les riches.

 

A l’étage du dessus, c’est Monsieur Johnson qui vit. C’est un violoniste âgé mais célèbre d’origine américaine qui a épousé une Sarde. Riche.

 

Quand sa femme l’a quitté, seule la bonne est restée pour faire le ménage. Mais le jour où il a dû partir pour jouer du violon sur un bateau de croisière, il est descendu d’un étage voir Alice, la petite étudiante en lettres, pour lui demander si une de ses amies accepterait de lui rendre service en venant régulièrement arroser les plantes de son appartement.

 

Alors, plutôt que lui conseiller une amie étudiante, c’est à la dame de l’étage encore au dessous, l’étage sombre et sans lumière, qu’Alice est allée proposer cette aubaine ? Car Anna trime dur chez divers employeurs à faire des ménages et cela serait certainement plus commode pour elle de travailler dans un appartement du même immeuble, juste deux étages au dessus.

 

Quand Monsieur Johnson l'eut acceptée, Anna a vu s’ouvrir devant elle un nouvel avenir plus facile, plus aisé, moins contraignant. Dans un bel appartement, au dessus du sien, que le soleil illumine. Avec un patron totalement hors des canons de la vie, plongé dans sa musique, un peu déconnecté du réel.

 

 

Les trois appartements de cet immeuble forment le théâtre dans lequel Milena AGUS (traduit par Marianne Faurobert) déroule son huis clos.

 

Les personnages vont et viennent, s’aiment ou se détestent, se frôlent ou vivent ensemble, partagent leur richesse ou leur grand cœur, vivent d’ombre ou de lumière.

 

Comme dans ses précédents ouvrages, Milena AGUS bâtit un nouveau microcosme où, avec douceur et sensibilité, elle nous conduit dans le sillage de ses personnages épris d’amour de la vie, d’amour de leurs semblables, d’amour tout court même si la vie les a secoués parfois durement et a laissé trop souvent l’ombre cacher la lumière.

 

En touches fines comme autant de chapitres aux couleurs pastel d’une toile de peintre, elle dresse des tableaux en tranches de vie où chacun tente de vivre son bonheur, ses espoirs, ses souvenirs, sa tristesse, de provoquer les sursauts qui redonnent envie de se lever le matin, de trouver les raisons d’espérer à nouveau et de se persuader que le soleil a encore le temps d’illuminer les jours encore à venir.

 

Chacun se doit d’assumer son envie de faire que les choses de sa vie soient comme il souhaite, qu’elles soient sans se préoccuper d’une quelconque normalité de toute façon bien relative.

 

Quelles leçons de tolérance tout autant que de lucidité et de pragmatisme ! Prendre la vie ! La vivre au jour le jour et sans retenue. Ne pas laisser la norme réfréner les élans quand ils viennent du cœur. Et considérer que “chaque problème arrive (comme des) vagues qui le remportent en se retirant”.

 

Et il y aura toujours une autre vague pour venir s’étaler sur le sable de la plage de Cagliari.

 

 


Pour approfondir

Editeur : Liana Levi
Genre :
Total pages : 146
Traducteur : marianne faurobert
ISBN : 9782867468155

Sens dessus dessous

de Milena Agus

Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c’est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l’immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n’est-ce pas là la clef de voûte de toute vie? Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme dans lequel souffle un vent délicieusement frondeur.

J'achète ce livre grand format à 15 €

J'achète ce livre numérique à 8.99 €