Seules les bêtes, de Colin Niel : Que feriez-vous par amour ?

Auteur invité - 10.08.2017

Livre - femme disparition voiture - hiver enquête disparition - île naufragés survivants


Dans la rudesse hivernale du causse, le corps d’une femme, Evelyne Ducat, est retrouvé sur un chemin. Le décor du polar est planté. Et pourtant, Seules les bêtes a son genre bien à lui, ce n’est pas un policier classique. 

 

Cinq personnages impliqués dans cette tragique histoire vont partager avec nous leurs secrets. Colin Niel nous amène d’abord dans une France socialement oubliée. Celle de ces villages vides, sauf en été, de ces agriculteurs délaissés par les politiciens, des éleveurs de brebis tellement isolés. De tous ces laissés-pour-compte. 




 

Puis d’un tour de magie, l’auteur nous propulse au cœur de l’Afrique. Là, tout est à l’inverse des causses : mille couleurs reviennent, une vie fourmillante de gens, de folie, qui va nous mener à un personnage central. Dans ces décors apocalyptiques et sauvages, les personnages sont surtout porteurs d’un manque d’amour. 
 

C’est cela qui donne la force et le genre du récit. Joseph, Alice, Armand, Maribé nous tiennent en haleine, nous voulons comprendre ce qui s’est passé et suivons avec eux le moment discret où cela a basculé dans la psychose ordinaire. En écoutant leurs récits, rien ne paraît au final irréel de leur folie. 
 

Et pourtant, l’un d’eux va vivre en colocation plusieurs mois avec la défunte, un autre va perdre peu à peu la raison en versant des sommes d’argent à une femme rencontrée sur Internet. Une jeune femme va quant à elle se retrouver à la merci d’Évelyne. Et enfin un Africain sera prisonnier de cette envie d’argent dans le seul but de plaire à son amour d’enfance, mais aussi prisonnier de ses superstitions. 
 

[Extraits] Seules les bêtes de Colin Niel  


Au cœur de ces démences se dresse, avec force et rage, l’amour. C’est simplement cela qui les guide tous. Que feriez-vous par amour ? C’est en fait la seule question que pose ce livre et qui a conduit au meurtre de cette femme. 

 

Pas de manigances ni de préméditations : ici tout n’est en fait qu’un assemblage de malentendus, de quiproquos, d’espoirs, de maladresses, de solitude, d’amour. Bref, de nature humaine. 
 

Maëlig Hamard,
L’Écritoire (Semur-en-Auxois) 

 

en partenariat avec le réseau Initiales


Colin Niel – Seules les bêtes – Editions du Rouergue – 9782812612428 – 19 €