Sexe, diamants et plus si affinités..., Lauren Weisberger

Clément Solym - 10.12.2008

Livre - sexe - diamants - affinites


Elle a encore frappé. Qui ? L'une des rares auteures de « livres pour filles », si ce n’est la seule, dont les hommes connaissent un des ouvrages. Et d'ailleurs si ce n’était pas le cas, le film, personne n’a pu y échapper. Un exploit que seuls les 2 tomes du journal de Bridget Jones partagent, c’est dire.

Le Diable s’habille en Prada, c’est elle, Lauren Weisberger. Celle qu’on détesterait toutes si elle n’écrivait pas des livres aussi jouissifs. Parce qu’elle est jeune, belle, blonde, qu’elle vit sur la 5e avenue entre restaurants lounge hyper select et bars branchés, qu’elle vit de son travail d’écrivain (toute ressemblance avec une série télévisée mettant en scène quatre New Yorkaises libérées est… tout de même troublante). Et qu’en plus, elle vient de se marier. Pas n’importe où, non, sur une île des Caraïbes.

Mais bon, Lauren, on l’aime bien quand même. Parce que l’on pressent dès qu’un de ses livres sort, qu’on ne sera pas déçu(e)s. C’est sûr, le livre traite – ô, surprise —, de trois copines trentenaires de Manhattan, avec un bon job, mais une vie sentimentale désastreuse. Eh oui, on va suivre leurs états d’âme sur plus de 350 pages. Mais si on était honnête, on avouerait que c’est ce que l’on cherche dans ce genre de livre.

Emmy est un petit bout de femme romantique et pleine de rêves, qui les a négligés pour le bien-être de son cher et tendre. Pourquoi accepter ce job passionnant, bien payé, et qui lui permettrait de voyager dans le monde entier, alors qu’il l’éloignerait de Duncan ? Tout s’effondre quand le Duncan en question se fait la malle avec sa jeune prof d’aérobic de vingt ans, engagée par Emmy comme coach personnel pour sa moitié.

Leigh a une vie parfaite :
un petit ami que tout New York lui envie, une carrière extrêmement prometteuse d’éditrice en perspective, un appartement idéalement situé qu’elle vient de dénicher après un an de recherches… Et pourtant, est-ce vraiment ce qu’elle veut ?

Quant à Adriana, magnifique Brésilienne totalement maîtresse de son pouvoir de séduction, la trentaine qui approche vient lui rappeler qu’il serait temps de trouver la sécurité auprès d’un mari. Financière la sécurité, bien évidemment. Devoir rendre des comptes à ses parents, propriétaires du penthouse qu’elle occupe au dernier étage d’un immeuble au cœur de Manhattan est si ennuyeux.

Les trois amies, arrivées à un tournant de leur vie, décident de prendre celle-ci en main, et de se faire violence : dans un an, Emmy devra avoir découvert les joies des aventures sans lendemain, pour se guérir de sa dépendance affective. Adriana, elle, devra au contraire avoir fait une croix dessus et se transformer en épouse modèle. En ce qui concerne Leigh… on verra.

C’est drôle, croustillant, jamais ennuyeux, ni snob. Et surtout, contrairement à d’autres livres du genre pour lesquels la mayonnaise ne prend pas, c’est léger tout en montrant les failles et les fêlures de nos héroïnes. Il ne cède pas à la facilité tant dans l’histoire, que dans la narration, évitant ainsi toute vulgarité inutile et désolante, descriptions à rallonge des tenues fashion et autres séances de manucure à outrance. Bien sûr, le dénouement est prévisible. Mais pour être totalement honnête, c’est cette fin-là qu’on veut, depuis le début. Et une fois encore, la facilité totale est évitée, grâce à un soupçon de bon sens et d’originalité.

Que dire pour conclure, sinon : glissez-vous sous un plaid, préparez du thé, peut être même des petits gâteaux, et savourez cette friandise sans complexe !


Retrouveez Sexe, diamants et plus si affinités... sur Place des libraires