Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Si beau, si fragile, de Daniel Mendelsohn

Clément Solym - 31.07.2011

Livre - beau - fragile - daniel


Né en 1960, Daniel Mendelsohn est connu en France depuis son succès avec Les Disparus (2007), qui a d’ailleurs obtenu le prix Médicis. Il est également l'auteur de L'étreinte fugitive (paru en janvier 2009).

Helléniste et professeur, il est un critique des plus célèbres aux États-Unis. Avec Si beau, si fragile, paru en mars aux éditions Flammarion, il nous propose un ouvrage mêlant théâtre, cinéma et littérature au travers de thèmes choisis minutieusement, servi par une écriture passionnée et un sens critique bien aiguisé.

Un regard sur la société américaine et sa culture populaire, armé de belles lettres, Mendelsohn aborde avec une sensibilité esthétique la fragilité et la beauté qui sont toutes deux des concepts éphémères. Suivent ensuite cinq grandes thématiques regroupant diverses chroniques.

De manière linéaire ou en piochant une chronique de temps en temps ; avec plus ou moins de temps à lui consacrer, on déguste son ouvrage avec délectation. Mais impossible de tout résumer sans dévoiler l’intégralité de l’ouvrage, trop complexe pour être synthétisé.
Pour vivre avec son époque il faut s'intéresser à tout, et Mendelsohn par son érudition et son talent nous livre ce recueil, pour briller en société et plus si affinités... À travers ses écrits, il nous fait part de « l'expérience américaine » où il se fait le messager d'une culture américaine riche, mais inconstante.

Il arrive à s'imprégner de l'univers de chacun de ces grands de la littérature, du cinéma ou du théâtre pour nous exprimer son point de vue. Sa plume aiguisée au savoir et son sens de l'observation réconcilient avec le critique, celui-ci étant connoté de façon péjorative dans les inconscients collectifs actuels.  Un regard savant sur l'art qui ne boude pas ses origines poétiques : l'ombre d'Aristote nous accompagne encore aujourd'hui, et c'est très bien comme cela, puis, on prend soudain conscience de la richesse de la culture.



Cependant on atteint parfois un tel degré d'intellectualisme qu'on se perd dans des références parfois trop peu connues, et c'est à ce moment que l'on salue sa maîtrise du sujet. On ressort finalement de cet ouvrage avec plein de livres à lire, de films ou des pièces à voir ou à revoir, grâce à un langage tantôt acide, tantôt élogieux, mais toujours argumenté. 


Pari réussi pour Mendelsohn, qui s’invite en France en soulevant les principes d’une culture populaire américaine. Pari risqué, relevé ave brio grâce au ton enlevé de ses chroniques sensibles.

(traduit de l’américain par Isabelle D. Taudière)

Achetez Si beau, si fragile, sur Comparonet