Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais

Auteur invité - 30.08.2017

Livre - lettres relation échanges - séparation drame douleur - courriers émotion romantisme


Quand ils se rencontrent, Tatiana a quatorze ans, Eugène en a dix-sept. Elle a grandi bercée par des romans d’amour qu’elle rêve de rejouer en secret, il est habité par un spleen baudelairien et se prend pour un adulte. Elle l’idéalise, l’aime, le lui déclare. Il la rejette pour une raison futile.




 

Et ce n’est bientôt plus un roman d’amour qui se joue, mais une véritable tragédie grecque, quand le meilleur ami d’Eugène, Lensky, perdu pour l’amour de la sœur de Tatiana, la belle Olga, se tue par accident, séparant les deux âmes romantiques une première fois. 
 

Dix ans plus tard, Eugène croise Tatiana par hasard dans le métro. Il tombe amoureux d’elle au (presque) premier regard, et en fait rapidement une obsession. Rongé de regrets, il fait tout pour séduire la belle, qui s’y refuse. Évidemment. C’est désormais elle l’adulte, et lui qui se conduit comme un enfant. 
 

Ce texte est un hymne à l’amour et à la poésie. Tatiana est une amoureuse de l’amour plus que de son objet. Prête à tout lui sacrifier quand elle n’est encore qu’une enfant, elle devient une héroïne moderne en s’y refusant finalement, au nom d’elle-même et de ses projets, de ses envies, quand Eugène, lui, n’a pas su échapper à son destin ; il vit une vie monotone, enfermé dans la routine du quotidien qu’il s’était juré de ne jamais s’infliger adolescent. 
 

Songe à la douceur, c’est l’éternel drame amoureux de ceux qui ne parviennent jamais à s’aimer autrement qu’en perpétuel décalage. Clémentine Beauvais n’invente rien, mais elle réinvente à la perfection, en nous proposant ce e relecture d’Eugène Onéguine, dans une version modernisée où les déclarations d’amour se font par messages électroniques.



 

Fidèle à l’esprit du chef-d’œuvre d’origine, elle écrit en vers, et ponctue parfois le texte d’exercices de style qui ne font qu’ajouter à sa beauté sans jamais en entraver la fluidité : c’est un roman qui se lit comme un poème, un poème qui se lit comme un roman. 
 

Marylou Clément, L’Autre Monde (Avallon) 


en partenariat avec le réseau Initiales

Clémentine Beauvais – Songe à la douceur – Editions Sarbacane – 9782848659084 – 15,50 € / ebook 9782848659954 – 10,99 € PDF

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.