Stone Junction, Jim Dodge

Clément Solym - 24.12.2008

Livre - Stone - Junction - Jim


Avec Stone Junction, Jim Dodge nous livre un roman anticonformiste et vraiment surprenant. Entre le roman d’aventure, le polar et le roman d’apprentissage, ce livre est une bonne surprise.

Lorsqu’il publie Stone Junction en 1989, Jim Dodge inscrit son roman dans une période charnière, celle de l’apparition du numérique et du cybermonde. A l’heure de la création d’un grand réseau virtuel, il nous emmène à la rencontre d’un réseau humain d’entraide, d’information, de compétences qui nous est présenté comme un des derniers bastions d’un monde analogique où les hommes pouvaient encore jouir d’une certaine liberté de mouvements et de pensées. L’appréhension de l’auteur quant à l’arrivée de la révolution numérique qui se prépare à bouleverser le monde apparaît au travers d’une critique idéologique sous-jacente.

 

L’histoire, qui se construit autour de la contre-culture américaine des années quatre-vingt, nous fait partir à la rencontre de cette organisation secrète, fictive mais toutefois réaliste : l’AMO (Alliance des Magiciens et Outlaws). C’est un réseau d’entre-aide, de soutien, de coopération entre des individus qui vivent en marge du système. Ses membres sont des hors-la-loi, pas des criminels. Leurs champs d’action sont riches et variés et vont de la poésie à l’alchimie en passant par les vols et les trafics en tous genres.

Nous suivons donc le parcours de Daniel Pearse qui, dès son plus jeune âge, se retrouve sous l’aile protectrice mais dirigiste de l’AMO. Cet enfant déscolarisé va suivre un enseignement particulier dispensé par les membres de l’Alliance à travers l’ouest américain. Au cours de ses pérégrinations, Jim Dodge nous fait rencontrer des gens authentiques qui vivent en marge de la société mais appréhendent le monde avec beaucoup de clairvoyance. On se laisse facilement séduire par le franc-parler, l’excentricité et le réalisme de ces personnages, qui nous renvoient à une autre vision de notre société.

Mais la rencontre avec Volta, personnage énigmatique, haut placé dans l’Alliance, magicien et alchimiste, va subitement inscrire le roman dans un univers plus mystérieux, mystique. Il s’agira pour Daniel de suivre l’enseignement du Maître aux limites de l’alchimie et de l’ésotérisme. Jim Dodge nous entraîne alors dans un monde difficile à cerner pour les néophytes. La quête existentielle de Volta pour la pierre philosophale puis l’illumination de Daniel finissent par peser sur un récit qui s’achève de manière alambiquée et qui détonne du reste de l’histoire.

Toutefois, la fluidité de l’écriture sert les nombreux dialogues qui s’établissent entre les personnages nous donnant des échanges vivants, parfois rares, souvent amusants. La sensibilité de Jim Dodge, cet écrivain-poète, défenseur de la nature, qui a vécu de nombreuses années dans de petites communautés de l’Ouest américain, ressort dans la construction du récit.

En définitive, Stone Junction reste un livre plaisant, rempli de personnages hauts en couleurs, qui nous fait voyager dans une « Amérique » différente où les gens ne sont pas uniquement des pions au service d’un pays, d’un système, mais bien des individus libres de penser et de vivre autrement.



Retrouvez Stone Junction, sur Place des libraires





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.