Sur la route à dix-huit ans, Yu Hua

Clément Solym - 31.12.2009

Livre - sur - route - dix


J’ai pris la route avec ce recueil de nouvelles, de Paris vers la Normandie. Les premières pages tournées, le wagon du train corail s’est évanoui pour laisser place à la campagne chinoise. Mais pas une campagne de carte postale. Non, foin de rizières et de montagnes embrumées. Ce fut une longue marche en compagnie de la cruauté et de la bêtise humaine.

Car tel est le thème qui unit ces récits : l’homme dans ce qu’il a de plus vil, de plus faible. Comme ces villageois qui étranglent la chienne d’un pauvre idiot. Ou cet enfant affamé, cruellement puni par le marchand pour avoir volé une pomme. Et ce qu’il y a de terriblement réaliste, dans tous ces portraits, c’est que personne, qu’il soit victime ou auteur d’un acte malfaisant, n’est totalement coupable ou innocent. Le conte sonne d’autant plus juste qu’il ne présente pas une vision manichéenne du monde.

La force du recueil vient de cette honnêteté qui nous lacère en pointant ces petites infamies quotidiennes. Ainsi ce chauffeur de camion, bon père de famille, mais un peu couard, qui soudain renverse délibérément le conducteur du tracteur qui l’a humilié devant son fils.

Mais l’originalité de ces textes ne réside pas dans cette vision, acérée, mais somme toute assez courante, de la nature humaine. Ce qui m’a le plus particulièrement touchée dans cette compilation de nouvelles tient à leur forme. La plupart des recueils de nouvelles qu’il nous est donné de lire, suit généralement la même trame. Ce qui importe est de présenter une scène, la forme de chaque nouvelle variant assez peu.

Or ici, c’est l’inverse qui se produit. Le thème de fond – la méchanceté humaine - est le même pour toutes les nouvelles. C’est la forme qui change et donne ainsi tout son relief au texte. Yu Hua maîtrise de façon ahurissante une grande variété de styles littéraires. En l’espace d’une dizaine de nouvelles, il nous entraîne des forêts légendaires de la grande époque des chevaliers errants à la mise en scène d’une utopie politique digne d’Orwell, mâtinée de Kafka.

L’unité du thème des nouvelles donne corps au recueil, ce qui empêche l’impression d’un assemblage disparate. Au final, je suis bien arrivée en Normandie, mais enthousiasmée par ce voyage temporel en Chine depuis le fond des âges.

 

Retrouvez Sur la route à dix-huit ans, de Yu Hua, en librairie



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.