ROMAN FRANCOPHONE - Comment ne pas songer à la vue du titre et sans même avoir ni ouvert le livre, ni regardé la quatrième de couverture à ces deux références : la page blanche et à la « Blanche » d'Aragon ? Dans « B comme Blanche etc. », son dernier roman, Dominique-Emmanuel Blanchard fait de l'écrivain fantôme un personnage à visage découvert présent tout le long du récit.

 

 



Par définition, en littérature, le nègre, dit ghost writer, traduit en français par écrivain fantôme, est discret et surtout anonyme. Pour autant, ce n'est pas le personnage principal. Du reste, qui est, tangiblement, au cœur du récit ? La Blanche du titre, ou bien Nathan qui raconte sa passion de quarante ans pour elle ?

Car, on ne connaît Blanche que par Nathan interposé.  Mais, l'auteur, qui a écrit son livre à la demande de son ami photographe Richard Zéboulon (nommé Nathan Z. dans le texte), s'amuse à nous perdre dans la confusion des genres, des sentiments et des prénoms. Le « je » de l'écriture n'est pas celui qui narre, mais bien l'autre, l'ami bien ancré dans la réalité. Il l'observe et remarque : ce n'est pas de Blanche qu'il parle dès le début du récit mais de Claire. « Vous répétez que vous étiez amoureux fou de Claire. A vous écoutez, un doute me vient. En somme, vous ne faisiez que vous quitter, que fragmenter l'histoire. (…) J'en arriverai à douter de l'existence de Claire s'il n'y avait ces milliers, oui des milliers de photos d'elle »

 

À peine l'apercevra-t-on, cette femme très « féminine », « charmeuse » rencontrée sous le prénom de Claire à dix-sept ans, et devenue au fil des années Blanche. Qui est cette femme qui hante encore Nathan Z. ? Qui est cette femme adorée jusqu'à l'aveuglement ? « C'était une fille extrêmement exigeante. Et moi j'étais toujours sur le qui-vive. Son exigence se manifestait en tout : habillement, comportement. Elle visait la perfection. »

 

Le lecteur, tout au long du  livre se demande si Claire/Banche n'est pas, surtout, amoureuse de l'amour. L'auteur avoue qu'il aurait aimé appeler ce qui est un roman, même si le livre est « d'après une histoire de Richard Zéboulon », Identification d'une femme, titre mythique du film d'Antonioni.

 

 À quel moment avez-vous lâché que vous cherchiez un nègre pour écrire l'histoire, Nathan ? Car j'ai bien compris où vous vouliez en venir, n'est-ce pas ?

Sinon, nous serions-nous attardés, vous à raconter et moi à vous écouter ?

 

L'écoute, devenue mots et histoire d'amour, prend une autre dimension. L'auteur écrit une histoire vraie mais, sous l'autofiction, on sent poindre le regard extérieur du romancier. Et, d'un livre qui n'aurait pu être que narratif, il fait un roman qui emporte le lecteur dans une histoire qui s'éloigne des rives de la réalité. En effet, le thème principal de « B comme Blanche etc. » n'est-il pas l'interrogation majeure sur ce qu'est le mystère féminin ?

 

Dans son dernier roman Dominique-Emmanuel Blanchard nous prouve une fois de plus son talent d'écrivain. Un livre à lire, à relire, à conserver, précieusement, dans sa bibliothèque.

 

Dominique-Emmanuel Blanchard - B comme Blanche etc - Éditions La P'tite Hélène - 9782378390303 - 16 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.