The Game : Alessandro Baricco joue aux mondes possibles

Jean-Luc Favre - 20.04.2020

Livre - The Game - Alessandro Baricco - Gallimard


ESSAI - Il y a quelque un demi-siècle passé, certaines abréviations ou formulations étaient encore inconnues pour un grand nombre de consommateurs de modernité dominante. Google, Wikipédia, Amazon, Applis, Alphago, World Wide Web, SMPT, Quark, Facebook, Skype, Instagram. Un parfait catalogue de nouveautés destiné aux petits génies en quête d’une stature planétaire, significative de l’évolution des civilisations. Aujourd’hui ce jargon antérieurement improbable est bel et bien rentré dans notre vocabulaire courant, non sans résistance certes, mais il faut bien, envers et contre tout s’adapter à son temps, sauf à vouloir vivre reclus dans un monastère. Et pourquoi pas d’ailleurs ? Il n’en fallait pas moins pour qu’Alessandro Baricco, auteur de Les barbares (Gallimard, 2014), un ouvrage qui ne passa pas inaperçu lors de sa publication, nous livre un nouveau scénario : The Game.
 


 
Une analyse finement détaillée de cette fameuse « révolution numérique », et une cartographie en quelque sorte de ce nouveau monstre moderne - à l’aide d’une classification sectorielle abondamment illustrée, mais qui se veut également un jeu subtil et c’est tout là son intérêt. Jeu où le lecteur est directement mis à contribution, avec en arrière-plan l’idée d’une révolution mentale qui instruit de nouvelles règles d’appréhension du monde. De ce point de vue, pour l’auteur, l’avènement du numérique n’est pas forcément accidentel, il est principalement lié au destin de l’humanité. Fuir la barbarie du XXème siècle notamment. En clair surseoir à l’Apocalypse, version eschatologique de l’implosion finale et programmée ? Faut-il encore décrypter intelligemment les vrais motifs et processus d’une telle accélération des modèles de filtrage ou d’infiltration.
 
 

Une insurrection qui n’en est pas une…

 
Pour Jean-Dominique Seval (Idate Digiworld) ; « Après soixante-dix ans de montée en puissance, la transition numérique sort aujourd’hui de son enfance et sa préhistoire, pour produire des effets qui seront encore plus étonnants que ceux que nous venons de vivre. Avec leurs conséquences positives, sinon bénéfiques, mais aussi leurs externalités négatives ».
 
Certes nous y sommes désormais préparés, même si nous continuons à nager dans le brouillard. La vision en effet n’est pas forcément idyllique. À son tour, Alessandro Baricco, tente d’expliquer dans son ouvrage, non sans quelque humour parfois et dans un style plutôt accessible, les méandres pernicieux d’une telle évolution, où remonter le temps prend l’allure d’une grande balade imaginaire au cours de  laquelle l’esprit peut divaguer à sa guise  en puisant ici et là, au fur et à mesure de son intense lecture,  quantités d’informations susceptibles de mieux comprendre le monde qui nous attend. 
 
Or une telle perspective, fut-elle maquillée par le jeu, a aussi ses limites. La virtualisation intégrale de nos modes de vie ne peut avoir lieu que sous certaines conditions, car elle ne peut être logiquement retranchée du vivant. Et que la tentation est grande pour certains concepteurs aventureux d’instruire une forme volontaire de domination et de dépendance. Tous addicts !
 
Parler là « d’insurrection numérique » semble un peu exagéré, pas plus qu’il n’est remis en cause le pouvoir des élites. La conquête d’une démocratie mondiale, largement diffusée par le net demeure profondément hiérarchisée. Elle a lieu par le haut et non pas le bas c’est certain. L’utilisateur quotidien n’est que l’instrument inconscient d’un dessein supérieur qui lui échappe.  Avec la question suivante : « Le monde sera-t-il dans le futur proche géré autant, voire davantage, par les GAFA que par les Etats ? ».
 
 

GAFA contre Etat, deux visions qui s’opposent ?

 
« Dans le contexte des années 1980 et 1990, et le triomphe du capitalisme dérégulé et du néolibéralisme, on passe à une nouvelle étape de l’histoire des réseaux fondée sur la privatisation, la dérégulation et la financiarisation. C’est le moment où l’idéologie ultralibérale va devenir dominante (…) On est là aussi face à une question purement politique. Le libéralisme fait la promotion de moins d’État, mais c’est l’État qui impose les dérégulations et les privatisations », affirme alors le sociologue Nikos Smyrnaios. Une contradiction de plus dont il faut tenir compte afin d’éviter certaines chasses aux sorcières dont l’amplitude se mesure aux résultats produits surtout lors d’une catastrophe.
 
En amont d’une autre et soudaine réflexion, le journaliste Hubert Guillaud rédacteur en chef d’InternetActu.net, pose des questions qui semblent plus réalistes et adaptées au contexte général. « Comment aider les utilisateurs à reprendre la main ? Comment développer des outils qui aident les utilisateurs à atteindre leurs propres objectifs plutôt que ceux de leurs concepteurs ?  Comment encourager des modèles qui ne reposent plus sur la captation et l’attention des utilisateurs ? Comment promouvoir le respect de l’attention comme l’on promeut le respect de la vie privée des utilisateurs ? Comment sortir des flux d’incitations et de récompenses qui favorisent les comportements compulsifs et addictifs ? ».
 
S’il apporte quelques solutions plausibles, il n’est pas certain cependant que l’ouvrage d’Alessandro Baricco atteigne véritablement ses objectifs : convaincre qu’il existe un transhumanisme triomphateur en quête de souveraine immortalité….
 
« Suivez les traces de la peur et vous trouverez la maison : la vôtre et celle des autres ».
 
 
Alessandro Baricco, trad. italien Vincent Raynaud – The Game – Gallimard - 9782072846465 - 22€


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : lettres &...
Total pages : 374
Traducteur :
ISBN : 9782072846465

The Game

de Alessandro Baricco

Nous voilà immergés dans une nouvelle ère numérique. La profonde mutation que nous connaissons aujourd'hui n'est pas seulement le fait d'une révolution technologique impliquant des outils inédits, mais aussi le résultat d'une insurrection mentale. En passant d'un système analogique à un système numérique, notre mode de vie, nos réflexes se trouvent profondément modifiés. Afin d'expliciter ce changement. Alessandro Baricco remonte le temps et dresse un historique des événements fondateurs qui ont contribué à forger nos habitudes contemporaines. Avec son style si singulier, mêlant sérieux et humour, il établit une histoire et une géographie de cette nouvelle civilisation. De l'invention du jeu vidéo jusqu'au bouleversement qu'a représenté l'iPhone, en passant par l'invention de Google, chaque innovation a fait évoluer notre rapport au monde, un monde requalifié de 'Game', où les problèmes deviennent des parties à gagner, et dans lequel le jeu est élevé au rang de schéma fondateur. Un essai documenté et accessible dans lequel chacun peut puiser quantité d'informations utiles à sa propre réflexion et qui s'adresse autant aux générations qui ont connu les différentes étapes de cette évolution qu'aux enfants de l'ère numérique.

J'achète ce livre grand format à 22 €

J'achète ce livre numérique à 15.99 €