Toxicité, tu nous fais tourner la tête

Félicia-France Doumayrenc - 19.05.2015

Livre - Lucia Etxebarria - coeur tête - Héloïse d'Ormesson


Une relation amoureuse est, pour les autres, le plus souvent complexe. Personne n'est à l'intérieur d'un couple et il est difficile de donner un point de vue, voire de prendre position. Mais, quand on voit une amie ou un ami littéralement changé, être dépossédé de lui-même devant nos yeux n'est-il pas de notre devoir d'intervenir ?

 

Ton cœur perd la tête de Lucia Etxebarria pourrait être l'équivalent de l'aide que l'on pourrait donner à un amoureux/amoureuse désespéré(e).  Ce livre ne ressemble à nul autre puisqu'il s'adresse au lecteur ou à la lectrice en l'interpellant.

 

 En effet, l'auteur emploie, très souvent, la deuxième personne du singulier, écrivant ainsi « Très peu de temps après avoir fait ta connaissance, il te disait déjà qu'il t'aimait. (J'écris “il”, mais j'aurais pu écrire “elle”. Tu peux lire cette histoire en changeant les pronoms. »). »

 

Ou en les mettant en garde, leur faisant, ainsi, comprendre ce qu'est une relation toxique, pourquoi on y est engagé et surtout comment s'en sortir. Comme le fait remarquer Marie-France Hirigoyen dans sa préface : « C'est un livre étonnant que nous livre là Lucia. On hésite à qualifier sa structure : est-ce un roman, un essai, une autofiction ? Rien de tout cela. »

 

Qu'est donc ce livre si ce n'est « rien de tout cela ». Un long discours, un monologue, une introspection, un avertissement ? Difficile de le qualifier, car ce serait le réduire. On pourrait dire qu'il est la narration de relations toxiques, de manipulations d'hommes sur des femmes ou de femmes sur des hommes devenus des proies en raison de leur passion amoureuse, une auto-analyse et une analyse des sentiments amoureux, de la culpabilité, de la jalousie, de la peur, de l'abandon, etc. 

 

 

 

 

Oui, il est « tout cela », mais bien plus encore.

 

Lucia Etxebarria dont, on sait, qu'elle vient juste de sortir d'une histoire d'amour avec un homme qui l'a dégradée donne avec l'aide d'Alfred Martinez psychologue et psychotérapeute des conseils et des explications pour aider et déculpabiliser l'individu enferré dans une relation où, chaque jour, il se fait dévaloriser.

 

Elle met les choses à sa place et ce « tu » qu'elle emploie et qui désigne tant le lecteur qu'elle-même aide à comprendre les méandres d'une histoire dont il faut s'échapper avant d'en mourir.

 

Pour cela elle livre les clés de la libération en plusieurs points, les quatre premiers chapitres : « Ton histoire, Si ce qui précède te paraît trop familier, Comment est-il arrivé à te manipuler à ce point ?, Comment te défendre » sont les piliers, des aides pour comprendre, accepter, prendre de la distance pour enfin pouvoir se libérer. Les autres chapitres qui sont plus explicatifs sur les origines, le pourquoi et le comment des narcissistes manipulateurs sont des bouées sur lesquelles on peut retrouver sa respiration et éviter de se noyer dans la toxicité de ce faux amour.

 

Comme elle l'explique, avec justesse, il faut songer à se réparer soi-même, car bien que victime, c'est la personne elle-même qui a laissé entrer l'individu qu'on pourrait qualifier de vampire dans sa vie, en a, même fait, le centre de celle-ci et doit savoir s'en séparer de manière définitive pour se libérer et guérir.

 

Mais, pour vraiment guérir, nous dit-elle, il faut dépasser ses limites, aller vers ce qui pourrait paraître invraisemblable. C'est-à-dire : savoir pardonner, car : « Tant que tu ne lui as pas pardonné, tu restes juste lié à lui. »

 

Ton cœur perd la tête de Lucia Etxebarria est une grande leçon de vie où beaucoup pourront se reconnaître. Ce livre est déculpabilisant et donne des armes pour être plus fort, plus courageux, plus vivant, c'est-à-dire de nouveau, dans la vie puisqu'il permet de reprendre le contrôle sur soi et de se ressaisir.

 

Et, comme elle l'écrit avec justesse : « Tu n'as pas besoin d'un partenaire pour être heureux ou heureuse. Je ne dis pas heureuse à cent pour cent, mais au moins heureuse par moments. Et, bien sûr, tu n'as pas besoin de partenaire pour être une personne à part entière ».

 

Ton cœur perd la tête est, absolument à lire, pour toutes les victimes de pervers sans pitié, car non seulement il donne de l'espoir, mais, il permet de se sentir moins isolé et compris et c'est surtout un texte sans concession qui permet de retrouver l'estime de soi et de reprendre en main sa vie avec une vision plus éclairée.