Traces de la Grande Guerre : le dessin, mémoire à vif

Auteur invité - 27.11.2019

Livre - Traces de la Grande Guerre - Première Guerre Mondiale - commémoration guerre


HISTOIRE - En 2009, l’association amiénoise On a marché sur la bulle avait anticipé la vague d’albums sur 14-18 avec son ouvrage collectif Cicatrices de guerre. Le cycle du Centenaire se clôt avec ces Traces de la Grande Guerre.
 


Des 22 auteurs régionaux, on passe à 42 auteurs du monde entier. Réalisé avec le festival anglais de comics de Kendal, ce nouveau livre fait ainsi cohabiter de grands noms de la BD anglosaxonne, tels Dave Mc Kean ou Charlie Adlard (dessinateur de Walking Dead) avec des auteurs français ayant déjà bien traité le sujet (Maël et Kris, associé cette fois au dessin de Juan Diaz Canales) et d’autres qui l’abordent pour la première fois, non sans émotion et réussite, tel Riff Reb’s. Avec aussi des découvertes singulières, de la russe Victoria Lomesko à l’indien Orijit Sen.
 
Au final, 18 histoires courtes, qui toutes s’interrogent sur les « traces » persistantes de cette « Grande Guerre » chez ces auteurs. Et autant de réponses narratives et graphiques diverses.
 
Confrontations directes entre ce passé et l’insouciance contemporaine chez Charlie Adlard et Robbie Morrison (dans une suite de leur album La Mort blanche) ou chez Régis Hautière associé à l’Allemand Thomas Von Kummant.
 
Récits intimes pour Kris et Riff Reb’s, ou souvenir personnel pour Marguerite Abouet et le Turc Ergün Gündüz.
 
Réminiscences plus directes des combats avec Maël (et un rappel spectral du village de Vauquois) ou Jean-David Morvanet son jeune dessinateur Scie-Tronc, seuls à s’être approprié un exemple local, avec le trou de mine d’Ovillers-la-Boisselle (Somme).
 
D’autres ont choisi des chemins de traverse, en apparence, tel Efa et Aurélien Ducoudray à travers l’évocation d’une « gueule cassée » dans un bordel, ou Denis Lapière et Aude Samama, tissant un parallèle entre le syndrome post-traumatique de 14-18 et celui de l’attaque au camion à Nice en juillet 2016.
 
Et impossible d’oublier les visions allégoriques d’Edmond Baudoin et la mise en image surréaliste et flamboyante de poèmes de Simon Armitage par Dave Mc Kean (dans un style proche de Black Dog, album déjà né d’une coopération entre Amiens et Kendall).
 
Autant de traces marquantes, pour un exercice réussi de transmission de la mémoire.
 
Daniel Muraz
 
Traces de la Grande Guerre - Editions de la Gouttière - 9791092111880 - 22 €
   



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Editions De La Gouttiere
Genre : bd adultes
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9791092111880

Traces de la grande guerre

de Collectif

L'édition de cette oeuvre collective résulte d'un partenariat de longue date avec la Mission Centenaire de la Grande Guerre, en cours depuis 2014. Une nouvelle fois, la bande dessinée prouve qu'elle est un formidable médium pour faire revivre ce qui n'est plus, évoquer, faire ressentir et réfléchir... Dans Traces de la Grande Guerre, 38 auteurs du monde entier, formant parfois des duos inédits, abordent ce qu'il reste du conflit dans nos esprits, nos politiques, notre science, nos paysages, nos peurs, etc. Résolumment tournée vers le présent et l'avenir, chaque histoire propose un angle personnel, graphiquement et thématiquement. L'ouvrage sortira simultanément en France et dans les pays anglophones et sera porté par des outils de médiation dédiés (exposition, fiches pédagogiques, site Web dédié, etc.).

J'achète ce livre grand format à 22.00 €