Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Trois saisons d’orage de Cécile Coulon, “grandiose”

Auteur invité - 09.06.2017

Livre - Cécile Coulon Trois saisons d’orage - village médecin province - Editions Vivane Hamy


L’histoire est racontée par le curé du village, tel un oracle omniscient, mais c’est une histoire de médecins – en n pas du genre d’Urgences ou de Grey’s Anatomy. La trame ou le drame, puisque drame il y aura, se déroule dans le village des Fontaines, à l’est du massif des Trois-Gueules, un bourg niché dans les forêts, la roche et la craie.




 

En réalité, c’est donc l’histoire d’un lieu, furtivement traversé par trois générations d’hommes et de femmes, des êtres au départ étrangers à ce e terre sauvage pour laquelle ils se prennent de passion. 
 

Le premier d’entre eux, André, a choisi de s’installer là pour échapper à la ville et au traumatisme qui le hante. C’est le premier médecin à choisir d’exercer ici, à la grande surprise de ses confrères pour lesquels ce e terre n’est qu’arriération et barbarie. André aime ce lieu profondément et son arrivée coïncide avec un formidable boom économique provoqué par l’ouverture d’une carrière de craie dont les ouvriers, telles des fourmis blanches, vont transformer ce village voué jusqu’alors à un inexorable déclin.

Le fils du médecin prendra sa succession, installé dans « la cabane », une somptueuse demeure qui surplombe la vallée. Sur trois générations, la famille va prospérer, jusqu’au drame. 
 

Cécile Coulon s’empare d’un sujet classique, la saga familiale, le destin qui frappe, l’histoire sociale d’un bourg dans la deuxième moitié du XXe siècle. À l’ancienne, les chapitres sont nommés de façon explicite – « l’annonce », « les nouveaux médecins ». On peut aussi y lire un hommage au formidable roman de Victor Cohen Hadria, Les Trois Saisons de la rage, édité par Albin Michel en 2012 – aussi une histoire de médecin.


[Extraits] Trois saisons d'orage de Cécile Coulon  


Au final, le résultat est grandiose, c’est fait et c’est très bien fait ; l’écriture se coule dans la force et la rudesse des éléments, le drame se met en place telle une mécanique impeccable et implacable, le lecteur est saisi. 
 

On retrouve dans le neuvième livre de Cécile Coulon la puissance d’évocation, la densité du style du Roi n’a pas sommeil et la confirmation de son immense talent. 
 

Wilfrid Séjeau,
Le Cyprès-Gens de la Lune (Nevers) 

en partenariat avec le réseau Initiales