Un art des passages : Pierre Dhainaut, l'art de la poésie

Auteur invité - 18.01.2018

Livre - art passages Dhainaut - poésie voyage Dhainaut - Pierre Dhainaut


« Entre célébration et doute intime... » Le poète est étranger au monde des communiqués de presse. Pourtant, le communiqué annonçant que le Prix Apollinaire 2016 était attribué à Pierre Dhainaut, pour l’ensemble de son œuvre, touche au plus juste. Oui, le poète ne cesse « d’interroger le monde et le langage ».




 

Et Pierre Dhainaut, jusque sur la crête de la digue ou l’aplat des Moëres, ne cesse de se frayer un chemin, « entre célébration et doute intime ». Un an plus tard, un an après un prix souvent considéré comme le « Goncourt de la poésie », bien après les Prix Artaud, Jean Arp ou de la Société des gens de lettres, Pierre Dhainaut publie Un art des passages, toujours aux éditions L’herbe qui tremble. 
 

Les premiers mots des premières pages donnent le la. « Est-ce donc là, cela, une frontière ? » [...] Que serait un poème si la confiance ne le portait pas ? Pierre Dhainaut passe des poèmes à l’essai, de l’étude à la confidence, de 

l’analyse critique à la rencontre. Il entre en résonance avec d’autres vies en poésie, de Tristan Tzara à Yves Bonnefoy, en passant par d’autres voix, peut-être moins connues, mais tout aussi précieuses.
 

Pierre Dhainaut lauréat du Prix Apollinaire 2016,
lu par Juliette Binoche


Les peintres, de Constant Permeke à Eugène Leroy, de Jacques Clauzel à Alfred Manessier, nourrissent les mots du poète. Pierre Dhainaut passe du chant à l’extrait, du souffle (le mot qui revient sans doute le plus) à l’éclat, de l’éclair à la graine. « “Poèmes”, un nom qui ne s’emploie qu’au pluriel, “poèmes” ou “portes” » dit-il. Dans Autoportrait à l’alouette, une fulgurance éclaire l’œuvre qui naît : « Quelle tristesse, un poème qui te satisferait ! Réjouis-toi s’il apporte du sel à ta soif. »



Pierre Dhainaut au micro – ActuaLItté, CC BY SA 2.0


Pour lire Dhainaut, il faut se débarrasser du poids et de la ribambelle des distinctions reçues. Ouvrir le livre avec confiance. Retrouver en soi cette petite fille dont il parle en texte d’ouverture. Petite fille qui se servait des dessins du peintre, reçus en cadeau, pour vêtir sa poupée. 

 

Hervé Leroy

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais

Pierre Dhainaut – Un art des passages – Editions L’Herbe qui tremble – 9782918220541 – 19 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.