Un court instant de grâce : montagne et forêts sous la menace

Mimiche - 01.02.2019

Livre - Un court instant de grace - ecologie foret nature - Bucher Le mot et le reste


ROMAN FRANCOPHONE - On ne peut plus considérer ces quelques maisons en ruine autour du petit cimetière comme un hameau. Même s’il y reste quand même au moins une personne avec quelques animaux, un jardin et des terres cultivées. Seule depuis maintenant trois années. Depuis que son mari est décédé en tentant d’éteindre l’incendie qui avait pris dans la grange.
 


Depuis Emilie s’occupe seule de la ferme et de ses dépendances, son fils, Serge, parti depuis des années dans le Nord, ne revenant la voir qu’épisodiquement.
 
Mais elle est née là, y a vécu tant de temps avec Edouard, et aime cette vie remplie de tâches prenantes, cette terre dure et exigeante. Entourée par une nature vivante où elle continue de braconner quelques lapins à l’occasion, de pêcher quelques truites dans le ruisseau, ou d’aller vendre au marché du village voisin quelques confitures et autres produits de son jardin, elle ne voit pas le temps passer entre deux visites de Roger, l’épicier, qui vient régulièrement terminer sa tournée chez elle et lui apporter des provisions et le courrier.
 
Au-dessus d’elle, la montagne de Palle, avec son immense forêt, la surplombe de toute cette splendeur verte que traversent, au printemps et à l’automne, les bergers et leurs troupeaux qui montent là-haut, dans les zones d’estive. Là où la forêt leur laisse la place et de bonnes pâtures.
 
La montagne de Palle, c’est une légende vivante. Au fond de ses vallées profondément creusées, les arbres ont poussé. La masse de la montagne accumule les nuages et le brouillard, aussi bien que la neige en hiver. Et le vent y souffle fort.
 
Cette forêt attise quelques convoitises d’ailleurs : une énorme centrale thermique projette d’exploiter cette manne énergétique pour produire de l’électricité. Des dizaines et des dizaines d’hectares sont promis à des coupes rases pour alimenter cette consommatrice vorace. Et si certains y voient l’occasion de gagner quelques sous en vendant leurs terrains, déjà, d’autres s’insurgent devant une exploitation irresponsable autant qu’imprévoyante de ses conséquences.
 
Soutenu par un maire professionnellement impliqué dans la filière bois - et donc à la fois juge et partie - et par une administration des Eaux et Forêts qui abandonne ses responsabilités, l’industriel déroule son projet pour exploiter cette manne forestière. Mais, devant passer sur les terrains d’Emilie pour évacuer la plus grande partie du bois qui sera coupé, il va se heurter de front avec celle-ci qui n’entend pas abandonner sa conception de la gestion raisonnée de la forêt : l’affrontement est inévitable.
 
 
 
Surfant sur les mouvements toujours plus nombreux et structurés d’opposition à des projets trop souvent bien peu préoccupés par les considérations de développement durable, André Bucher, autour d’un discours fondamentalement militant, construit une histoire de retrouvailles entre deux enfants que la vie a séparés dans leurs toutes jeunes années.
 
Indéniablement, il convient de lui reconnaître un art consommé pour parler de sa montagne et de ses attraits avec une conviction et une qualité tout à fait remarquable.
 
En revanche, en ce qui concerne le suspense, c’est un peu moins réussi ! Ayant, dès les premières pages, fait affirmer à l’un de ses personnages un « pas de sexe entre nous », il n’y a dès lors plus beaucoup de doutes quant à la façon dont cela va se terminer…
 
Quant à l’activisme industriel, aux actions de lobbying et aux manœuvres qu’il déploie, pour avoir un peu côtoyé ces circuits, c’est un peu caricatural. Et le point final qui est porté au projet manque diablement de réalisme.
 
Du coup, je ne retiendrai de ce livre, même si c’est dommage, que cet amour semble-t-il viscéral, qu’André Bucher voue à la nature qui l’entoure et dont il parle avec plus de chaleur que de tout autre sentiment qui aurait pu participer de son récit.
 
Les pages où il décrit les changements de physionomie de sa montagne sont tout simplement magnifiques. Sa façon de parler des couleurs, du vent, du brouillard ou d’un ruisseau permettent d’être dans le décor, de sentir les flocons de neige s’écraser sur notre visage, d’entendre une biche détaler dans un sous bois ou encore de humer les exhalaisons de la terre après la pluie.
 
C’est la connivence réciproque d’Emilie (d’André Bucher, bien sûr !) avec la terre nourricière qui leur donne à toutes deux cette joie du vivre ensemble, cet enthousiasme et qui fournit tout son relief à ce livre. Encore une fois, il me paraît dommage que le contexte dans lequel il s’inscrit soit un peu trop cousu de fil blanc.


André Bucher - Un court instant de grâce - Le mot et le reste - 9782360548101 - 13 €

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Le Mot Et Le Reste
Genre :
Total pages : 224
Traducteur :
ISBN : 9782360548101

Un court instant de grâce

de André Bucher

Avec la complicité des saisons et des éléments qui ne comptent pas se plier aux règles que les hommes croient leur imposer, Emilie s'occupe tant bien que mal d'une terre qui se mérite, dernière gardienne des lieux depuis la mort de son mari et le départ de son fils. Ce quotidien solitaire bascule avec le retour providentiel de son amour d'enfance, Victor, et l'arrivée d'entrepreneurs bien décidés à décimer la forêt environnante pour nourrir un gargantuesque projet de centrale à biomasse ironiquement loué comme écologique. S'ensuivra une lutte, un réveil de la vallée et de ses protagonistes qui se pensaient endormis, entre intérêts politiques, prises de conscience, paresse intellectuelle et résistances acharnées. Chacune et chacun jouera son rôle et donnera au récit sa force, à l'image de l'indomptable montagne de Palle qui domine les lieux et tire sa beauté de ses contrastes.

J'achète ce livre grand format à 19 €