Un Hiver avec le diable : Michel Quint accro au théâtre de la vie

La rédaction - 16.12.2016

Livre - Un Hiver avec le diable - Michel Quint - Presses de la Cité


Nous sommes en janvier 1953, dans un pays aux plaies toujours visibles – depuis Lille, où la misère s’affiche dans les bidonvilles des Dondaines, jusqu’à Bordeaux, où commence le procès des criminels d’Oradour, SS allemands ou alsaciens. 

 

 

 

Le récit patauge dans ces années piteuses dont on peine à croire qu’elles amorcent les Trente Glorieuses, tant la confusion règne encore. En toile de fond, le LOSC de Marceau Somerlinck autant que le dernier Goncourt signé Béatrix Beck, la modeste, l’anti-Duras. Car Michel Quint aime le roman populaire autant que les classiques, Quint c’est Hugo — Zola et Feydeau-Labiche et les seules traces d’autofiction chez lui, ce sont les références culturelles de ses personnages. 

 

En ombres chinoises, les contrebandes diverses, les collabos recyclés, le stress post-traumatique des (jeunes) vétérans d’Indochine : l’un des protagonistes rêve napalm. Michel Quint a puisé dans les archives de la presse régionale 

 

les préoccupations de l’époque, du simple fait divers aux tragédies internationales – le procès des époux communistes Rosenberg commence aux États-Unis. Lors d’une conversation au bar de L’Écho, voisin de La Voix du Nord, on évoque la fondation du quotidien sur les ruines sulfureuses de L’Écho – justement –, et les résistants spoliés... 

 

Au centre du roman, Robert et Hortense, qui se rencontrent à la maternité de la Sainte-Famille, derrière le théâtre Sébasto, condensent les tourments de l’époque. Le photographe lillois roublard et l’institutrice alsacienne cachent leurs secrets, comme d’autres dissimulent des crimes. L’intrigue se noue à Erquignies, supposé village frontalier au maire communiste.

 

Un assassin pyromane rôde tandis que la petite communauté expose ses vices, femmes volages aux seins lourds, hommes veules ou mesquins qui finiraient par rendre noble et héroïque, par comparaison, Robert le menteur, intellectuel manqué, tendrement croqué par un Michel Quint plus que jamais accro au théâtre de la vie, habile à mélanger les petites histoires de chacun et la grande Histoire. 

 

Geoffroy Deffrennes

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais

 

 


Pour approfondir

Editeur : Presses De La Cite
Genre :
Total pages : 411
Traducteur :
ISBN : 9782258136885

Un hiver avec le diable

de Michel Quint

Chronique d'un village du Nord au lendemain de la Seconde Guerre mondiale où s'exacerbent les tensions, et interrogations sur la responsabilité des criminels de la tragédie d'Oradour. Hortense, une jeune Alsacienne et Robert, charmant escroc ne pourront eux non plus se soustraire à la mise à nu d'un pan, secret, de leur existence... Par l'auteur d'Effroyables jardins. D'un regard, il a perçu derrière son incroyable allure de " Garbo brune " un secret, une fêlure. Robert Duvinage est un escroc à la petite semaine, avec le charisme du diable. Hortense Weber a tout pour l'intriguer. Que cache cette institutrice célibataire, une Alsacienne venue s'exiler à Erquignies, avec son bébé sous le bras ? Huit ans après la Libération, en pleine guerre d'Indochine, suspicions et plaies de l'Occupation couvent toujours dans ce bourg près de Lille. A la veille du procès d'Oradour, les tensions sont ravivées par un incendie criminel dans une ferme voisine, qui tue deux élèves d'Hortense. Parce qu'il veut confondre l'assassin et parce qu'il veut veiller sur Hortense, en proie à une peur permanente, Robert suspend un temps ses activités louches et joue l'épicier du bourg. Serait-ce ainsi pour lui un moyen de soulager sa conscience ?

J'achète ce livre grand format à 20 €

J'achète ce livre numérique à 8.99 €