Un jour, de David Nicholls : l'amour à l'anglaise

Clément Solym - 26.05.2011

Livre - angleterre - critique - sociale


Un beau jour, ou peut-être une nuit.... Si l'on est bien dans une histoire douce-amère, avec ce roman de David Nicholls, parlant de ce monde qui change, d'une histoire d'amour d'une vingtaine d'années, d'êtres qui se figent, qui évoluent, l'univers de Barbara ne nous sera d'aucune utilité, désolé.

Parce qu'il existe des coeurs à prendre, coeurs pris, des coeurs incompris, il existe aussi des histoires d'amour qui débutent par la fin. Lorsque deux enfants, tout juste diplômés, Emma et Dexter, se rencontrent, tout les sépare. Leurs origines sociales, leurs désirs d'avenir - mais qui ont tout partagé, cette fameuse nuit passée l'un avec l'autre. C'est en 1988 que tout commence, à Édimbourg. Et que tout s'arrête.

Disons plutôt que tout recommencera, éternellement, ou presque, ce fameux 15 juillet, de toutes les années à venir. C'est la seule qui nous est racontée. Une sorte de journée sans fin, mais qui occulte 364 autres jours d'une vie, pleinement vécue, douloureusement vécue... mais qui ne se retrouvera qu'un jour par an, sous l'ordre tyrannique de son auteur.

Emma et Dexter se quittent se laissent, se lassent et se retrouvent, se reconquièrent. Lui part d'Édimbpourg vers l'Inde où il fait carrière, avant de revenir à Londres, sans jamais se séparer trop longuement d'elle. Emma n'a pas une vie moins remplie, mais elle est déjà amoureuse de Dexter, comme on l'apprend finalement.

Leur idylle, c'était fatal, ça c'est passé dans les îles, grecques, évidemment...


Qui s'étonnera dans ces conditions qu'un film ait été tourné, réalisé par Lone Scherfig, avec Anne Hathaway et Jim Sturgess dans les rôles phares.

Le livre de David aura été éclipsé depuis sa sortie en juin 2009 par des ventes de rouleaux compresseurs, comme Stieg Larson ou les Dan Brown et autres Stephenie Meyer, mais en fait, il est l'un des meilleurs romanciers vendus en Angleterre durant l'année 2010. Avec un succès qui a poussé à une traduction dans 31 langues.


Loin d'une redoutable comédie romantique, David nous berce d'une histoire à rebondissements épars, basculant d'une année sur l'autre, sans se départir d'un certain humour. Plus de gravité que de choses légères cependant, qui laisse perplexe le coeur bourru et insensible qui vous parle. C'est certainement un ouvrage pour amateurs de comédies romantiques. Les deux personnages comportent assez de clichés pour les rendre crédibles et sympathiques.

Allez, c'est parfois assez confus pour que l'on ne sache plus très bien qui est qui, et il faut quelques instants pour se replacer les personnages que l'on n'a plus revus d'une année sur l'autre, ou d'un paragraphe à l'autre. Rien de méchant.

Le tout se clôt sur une vague assez déprimante - mais foin des coeurs bleus et autres d'artichaut. Si vous aimez le genre, pas de problème.


Traduit de l'anglais par Karine Reignier