medias

Une vie de merde contre une vie de meurtre

Mimiche - 24.07.2018

Livre - famille soeur jumelle - identité passion joie - échange identité soeurs


POLAR ÉTRANGER – À Londres, dans le quartier de Mayfair, Alvina Knightly vit une vie de m…e, coincée entre un boulot de m…e et des colocataires de m…e, dans un appartement de m…e où elle occupe une simple chambre dans laquelle, au milieu d’une m…e infernale, elle peine à retrouver quelques vêtements propres.




 

Loin de là, en Sicile, sa sœur Elisabeth vit une vie de rêve, dans une villa de rêve, avec un mari de rêve et occupe son temps à écrire quelques bouquins qu’Alvina trouve sans intérêt.

 

Alvina et Elisabeth sont jumelles, monozygotes et pourraient se ressembler comme deux gouttes d’eau si Alvina avait les moyens de se pomponner comme sa sœur, ce qui est plus que très, très loin d’être le cas.

 

Et cette différence de condition, liée au mariage d’Elisabeth avec Ambrosio, son beau et riche italien, contribue, s’il en était besoin, à l’accumulation de rancœur, chez Alvina, à l’égard de sa sœur. Rancœur déjà largement alimentée par le comportement de leur mère qui voue une admiration sans bornes à Elisabeth, née la première. Alors qu’Alvina, après quelques complications lors de son entrée dans la vie, ayant directement rejoint une couveuse, avait laissé sa sœur occuper toute la place dans les bras de leur mère pendant de trop nombreux jours. Du coup, le lien filial était un peu (beaucoup) distendu.

 

Dire qu’Alvina jalouse sa sœur n’est donc qu’un léger euphémisme…

 

Alors quand Elisabeth invite sa sœur à la rejoindre en Sicile, prétextant d’une part le plaisir qu’elle aurait à la revoir, d’autre part, la nécessité de voir son neveu Ernesto qui grandit et enfin le fait qu’elle aurait absolument besoin d’elle, rien de tout cela ne convainc Alvina qui refuse abruptement.

 

Jusqu’au moment où, ayant dépassé les bornes du je-m’en-foutisme au boulot, Alvina se fait virer et où, ayant oublié depuis trop longtemps de verser sa quote-part pour remplir le frigo de l’appartement, ses colocataires la foutent également à la porte.

 

Plus beaucoup de choix autre que d’accepter l’invitation, surtout qu’Elisabeth a poussé la prévenance jusqu’à payer le billet d’avion… en première, recommandant même à sa sœur de bien profiter du champagne pendant le vol.

 

À la descente de l’avion, Alvina est largement éméchée, conformément aux attentes de sa sœur, et tout à fait satisfaite de se retrouver seule avec son beau-frère venu la chercher dans une magnifique Lamborghini rouge. Un bolide de collection assorti aux vêtements de luxe qu’Alvina a récupérés dans la valise qu’elle a discrètement piquée sur le tapis à bagages, à une blonde toute bardée de vêtements et d’accessoires Vuitton ! Un petit larcin juste nécessaire pour ne pas apparaître, aux yeux de sa sœur et de son beau-frère, comme la looseuse qu’elle est en réalité.

 

Un début prometteur au pays de la mafia !!!

 

Pour être enlevé, il faut reconnaître que ce roman l’est : il n’y a pas de temps mort et on ne s’ennuie pas en assistant aux métamorphoses de l’héroïne de Chloé Esposito. Entre assassinats, meurtres, effacements dans le béton à la mode mafieuse, trafic de drogue, trafic d’objets d’art, expériences sexuelles diverses…, Alvina fait preuve d’une santé remarquable et d’une adaptabilité non moins notable.

 

Finalement, ce qui restera le plus difficile pour elle sera de se servir de sa main droite (elle qui est gauchère), de grimper sur des talons de quinze centimètres de hauteur (elle qui est plutôt du genre à porter des baskets pourries), ou encore de dorloter le petit Ernesto (elle qui n’a jamais, jusqu’alors, tenu un bébé dans ses bras).

 

En revanche, en ce qui concerne les expériences sexuelles, elle fait preuve d’une capacité d’assimilation exceptionnelle. De même en ce qui concerne le maniement des armes à feu, ce qui, avec les personnes qu’elle côtoie chez sa sœur, est très loin d’être inutile.

 

Bref, globalement, Alvina quitte une petite vie étriquée londonienne pour croquer à pleines dents une nouvelle vie dans le luxe et la chaleur en Sicile. Chaleur à tous les sens du terme.
 

 

Le rythme soutenu de l’histoire ne s’arrête jamais et les quelques flash-back qui remémorent les relations difficiles entre les deux sœurs, jusque et y compris lors du mariage de l’aînée, ne changent rien à l’affaire. Tout juste sont-ils là pour confirmer qu’Alvina avait bien en elle toutes ces prédispositions, notamment celle de faire rarement le bon choix quand plusieurs s’offrent à elle.

 

Il était, à mon avis, impossible de finir un tel roman au même niveau où il a été tout au long des quatre cent soixante premières pages : de mon point de vue, c’est bien le seul travers qu’il ait et c’est dommage de finir sur une note qui dénature le reste de la lecture. Ne prenez donc pas la peine de lire l’épilogue, il n’apporte rien d’autre qu’un sentiment de raté que le livre ne mérite pas.

 

Parce que je vous promets un rafraîchissement parfaitement adapté aux vacances.

 

 

Chloé Esposito, trad. Laura Contartese – MAD – Fleuve noir – 9782265117105 – 20,90 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Fleuve Noir
Genre :
Total pages : 472
Traducteur :
ISBN : 9782265117105

Mad

de Chloe Esposito

Alvie est une catastrophe ambulante sans avenir, virée de son boulot et même de son appartement par ses colocataires. Tout le contraire de sa soeur jumelle, Beth, qui réside dans une somptueuse villa de Taormine en Sicile avec son mari, un superbe Italien, et son adorable petit garçon. De quoi lui donner des envies de meurtre ! Alors, quand Alvie reçoit un appel de sa soeur qui lui propose un vol en première classe pour la rejoindre, elle ne saute pas immédiatement de joie... avant de céder à l'appel du luxe et du soleil. Mais la gentillesse n'est pas gratuite : Beth lui demande de se faire passer pour elle le temps d'un après-midi. Cet échange d'identité va se révéler la première étape d'un tourbillon diabolique et irrésistible ! Entre faux-semblants et rebondissements, Alvie se découvre de nouvelles passions peu ordinaires et apprendra que la vie de rêve peut parfois avoir un goût de... sang.

J'achète ce livre grand format à 20.90 €

J'achète ce livre numérique à 14,99 €