medias

Vers l’abîme, d'Erich Kästner : un monde submergé par la bêtise

La rédaction - 17.05.2017

Livre - Vers l’abîme Erich Kästner - Émile et les détectives - editions Anne Carriere


En 1931, alors que le célèbre roman pour la jeunesse d’Erich Kästner, Émile et les détectives, devient un film à succès adapté au cinéma par Billy Wilder, paraît presque au même moment un autre roman de Kästner, Fabian, d’un tout autre ton et pour un tout autre public.




 

Fabian est un roman satirique lourdement censuré lors de sa sortie, mais qui réussit néanmoins à voir le jour. Ce ne sera que pour une courte durée : Kästner lui-même assistera à l’autodafé de ses propres livres par le régime nazi. Quatre-vingt-six ans plus tard, les éditions Anne Carrière rééditent ce remarquable texte (déjà édité en 1983 par les éditions Balland) sous le titre Vers l’abîme
 

Vers l’abîme est la chronique d’un désastre annoncé, un texte qui nous plonge dans une époque cramoisie qui sombre lentement dans la décadence. 
 

Kästner pointe, traque, écorche les travers de la bassesse humaine avec une parfaite irrévérence. Fabian, le personnage principal, trentenaire cynique et cultivé, passe le plus clair de son temps à observer ses contemporains dans un Berlin interlope et frénétique.

Si ses errances semblent plutôt jubilatoires au début du texte, peu à peu une étrange mélancolie teintée de désespoir s’amorce. 
 

Il nous fait grouiller dans un marais de misère, de sexe et de pauvreté, où la pensée est annihilée, aliénée au profit de la bêtise ambiante et de la rapacité des êtres. Il n’est pas besoin de préciser ici l’époque dans laquelle se déroule le roman, elle est criante, elle est « malaise », elle est « pourriture ».

Elle est si symptomatique de toutes ces époques qui voient le mal monter. 
 

Fabian est le témoin éclairé et impuissant de ce e horrible chute du peuple allemand « vers l’abîme », comme Kästner le fut, même si lui ne croyait pas que le pire arriverait. La fiction ici entrevoit ce que l’auteur ne pouvait imaginer. 
 

Il faut lire Vers l’abîme, le lire et le relire ! C’est un avertissement à tous, c’est un texte immense sur la décrépitude d’un monde qui se laisse submerger par la bêtise. Le lire et le relire pour mieux conjurer tous nos démons ! 
 

Antoinette Brunier,
Le Cadran lunaire (Mâcon) 
 

en partenariat avec le réseau Initiales


Pour approfondir

Editeur : Anne Carriere
Genre :
Total pages :
Traducteur : corinna gepner
ISBN : 9782843377600

Vers l'abîme

de Erich Kästner

En 1931, Erich Kästner, alors au sommet de sa notoriété, publie un roman satirique, Fabian, qui lui vaut les foudres de la critique, prompte à dénoncer l'" immoralité " supposée des oeuvres qui osent appeler un chat un chat. Il faut dire qu'il n'y va pas de main morte : son héros s'y livre à une critique féroce du Berlin de la République de Weimar, lieu de toutes les débauches et de tous les compromis. Rien d'étonnant à ce que, dès 1933, l'ouvrage ait été brûlé lors des autodafés décrétés par le régime nazi. Pourtant, le livre avait subi la censure d'un éditeur prudent, qui en avait soustrait les audaces les plus éclatantes. Une réédition récente nous permet fort heureusement de redécouvrir Fabian dans une version plus conforme à l'idée initiale de Kästner. On n'en est que plus saisi par l'étrange entre-deux dans lequel se meut le jeune Fabian, désespéré par la veulerie de ses contemporains, pressentant l'approche du désastre, mais incapable d'agir et de s'engager. Un roman décapant, qui parvient à conjuguer l'ironie, la compassion et la poésie singulière d'une modernité déboussolée.

J'achète ce livre grand format à 21 €