Vilains moutons, Katja Lange-Müller

Clément Solym - 08.01.2009

Livre - vilains - moutons - Katja


Soja Edith Krüger se promène dans les rues de Berlin, au tout début de cette année 1987. Elle découvre peu à peu la zone ouest de cette ville où elle a atterri après avoir fui sa jeunesse de l’autre côté du Mur et quitté une mère deuxième secrétaire régionale du Parti et un père qui lui a donné, enfant, des baisers qui n’avaient pas grand-chose de paternel…

À près de 40 ans, elle découvre une vie ignorée et vit de petits expédients, comme vendre des fleurs à l’étal de Frans près de la gare désaffectée de Hallensee.

Ce jour d’avril, en descendant du métro à l’arrêt de Nollendorfplatz, bien décidée à aller prendre un bain dans la baignoire de l’appartement communautaire dont Christoph lui a donné un jeu de clefs, elle est interpellée par deux beaux gosses qui l’invitent à boire un cacao dans un bar.

Invitation qu’elle refuse pour mieux en accepter une autre et un rendez-vous quelques heures plus tard. Rendez-vous auquel elle n’arrivera pas en retard tant les yeux de Harry l’ont accrochée, bien plus que ceux de Benno qui ne fait pas beaucoup plus que de la figuration à côté de Harry ! Et, quelques jours plus tard, à l’issue d’un repas aux asperges auquel elle les a invités, quand Benno disparaîtra définitivement sans rien dire, la laissant seule avec Harry, elle ne percevra pas tout de suite son départ, tout accaparée qu’elle est par les yeux de Harry.

Harry dont elle va découvrir bientôt la récente sortie de taule ainsi que les manœuvres pour engager une thérapie destinée à lui éviter d’y retourner, mais ayant aussi pour but de désintoxiquer ce junkie à l’héroïne. Et finalement, en apprendre la séropositivité, entre autres affections qui guettent les adeptes des évasions à la piqûre !


Là, vous avez peut-être l’impression que je vous ai raconté tout le bouquin, que je vous ai gâché tout le plaisir de la découverte. Rassurez-vous, il n’en est rien ! Ce n’est vraiment que l’introduction. Et, même si voilà peu, il n'était pas trop de saison de parler d’autre chose que de réveillons ou de fêtes et de bombance, je vous recommande cet ouvrage de Katja LANGE-MÜLLER dans une traduction excellente de Barbara FONTAINE.

Car il y a là un vrai superbe roman où se « pêlent-mêlent » les addictions diverses aux drogues et à l’alcool, l’apparition du sida (on est en 1987) entouré de l’auréole diabolique du début de son identification et des réactions qu’il suscite, la marginalité de ces milieux et des gens qui y vivent, la partition d’un pays qui ne va pas tarder à faire tomber ce Mur de la honte, mais qui le subit encore et tant de choses encore.

Et au milieu de tout cela, il y a un amour irréductible. Celui d’une femme brisée par quarante années d’errances sentimentales largement favorisées par une drôle d’enfance, qui s’est agrippée à ce rayon de soleil.

Soja raconte. Quelques années plus tard, elle raconte ces années de vie « commune » qu’elle parsème de citations de Harry pour essayer de comprendre. De le comprendre, mais aussi de se comprendre. De faire la lumière sur cette cohabitation où elle s’est souvent trompée d’interprétation, car il n’y a pas plus malin qu’un accro à la drogue (ou à autre chose d’ailleurs) pour nier et cacher son travers. Il était, alors, de plus, bien aisé d’interpréter à tort les symptômes de la maladie, par manque d’information.

Malgré un sujet difficile, le texte n’est jamais lourd, ni jamais dur (même si l’ambiance n’est pas toute rose). Il est toujours juste, mais ne juge jamais. Il est extraordinairement serein même si aucun élan ni aucune passion ne sont refrénés. Il n’est pas non plus un hommage à ces dérives terribles. En revanche, il en est l’explorateur inquiet qui ne peut que faire le tour du problème sans jamais trouver la clef qui permettrait de le pénétrer ? Il n’y a pas de pourquoi, il n’y a pas de comment. Il y a simplement un combat éperdu et surtout un combat perdu.

Retrouvez Vilains moutons, sur Place des libraires



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.