medias

Virginie Grimaldi : “J'ai été transpercée par le roman de Valérie Perrin”

Auteur invité - 22.06.2018

Livre - Valérie Perrin roman - Changer eau fleurs - Grimaldi coup coeur


« Je lis beaucoup », nous avait confié Virginie Grimaldi à l’occasion d’une interview. Et parmi les auteures qu’elle évoquait alors, Valérie Perrin, qui le lendemain remportait le Prix Maison de la presse. Fameuse coïncidence. 

 

 

« La prochaine fois, on parlera de mes lectures avant le Goncourt », plaisantait-elle. « Avec Changer l’eau des fleurs, Valérie raconte cette histoire de garde-cimetière, et emprunte la mort pour parler de la vie, avec des émotions à fleur de peau. »

 

Et d’ajouter : « J’aime les choses très rythmées, et elle c’est une des seules auteures qui prend son temps, et que j’aime particulièrement. Elle livre des détails qui installent une atmosphère particulière, au point d’en devenir cruciaux, alors qu’ils ne semblaient pas nécessaires. »

 

Virginie Grimaldi s’est prêtée au jeu et propose sa lecture du roman, passé au filtre de son propre ressenti. Elle donne un avis passionné...


Valérie Perrin avec Michel Bussi, parrain du prix 2018 Maison de la presse – crédit FX Laurent
 


Changer l'eau des fleurs, de Valérie Perrin - chronique par Virginie Grimaldi

Il est des romans qui vous enveloppent, qui vous imprègnent. Ils vous ouvrent leur porte, vous servent un thé réconfortant, vous installent dans leur jardin ensoleillé, puis vous laissent repartir émus, regonflés, secoués, marqués. 

J'avais été transportée par le premier roman de Valérie Perrin, Les oubliés du dimanche, j'ai été transpercée par son deuxième, Changer l'eau des fleurs.

Violette est garde cimetière. Elle consigne dans un cahier les détails de chaque enterrement, elle accueille les proches éplorés, elle connaît par coeur les dates de naissance et de décès de chacun de ses voisins. Pour elle, ce ne sont pas des morts mais d'anciens vivants. Des pères, des épouses, des amants, des fils.

Violette a des secrets et des failles. Son manteau noir dissimule ses robes colorées. Son sourire cache sa douleur. Elle a la force de ses fragilités.

Au fil des pages, son passé se dévoile, son avenir se dessine. On sursaute, on sourit, on pleure, on s'attache à tous ces personnages pas si secondaires, on se surprend à vouloir aller dans ce cimetière, parce qu'on y vit plus fort, parce qu'être heureux y est plus urgent.
 

 

Le Prix Maison de la Presse 2018 revient
à Valérie Perrin


La plume de l'autrice est imprégnée de sensibilité, de délicatesse et de poésie. Elle prend son temps sans en perdre, j'ai été séduite par tous ces petits détails qui nous permettent d'être transportés dans la scène. Elle dépeint des personnages tellement réalistes qu'on est à deux doigts de les inviter à notre anniversaire. 

C'était doux, c'était fort, ce moment avec Violette et les autres. Je les ai quittés à regret, mais je sais qu'il m'accompagneront longtemps.

Merci Valérie Perrin pour cette parenthèse magnifique. 

Lisez-le, c'est pour votre bien.

 

Valérie Perrin – Changer l’eau des fleurs – Albin Michel – 9782226403049 – 22,50 €




Commentaires

Merci pour ce beau témoignage de lecture ! Vous m'avez donner l'envie d'aller chez mon libraire l'acheter ! grin
Merci Virginie Grimaldi,je vais le lire très bientôt
Merci à Virginie Grimaldi de partager avec le public ses coups de cœurs littéraires. Cela m’a donné envie de le lire. De plus j’ai rencontré l’auteur à St Maur en poche et ce n’était que du bonheur. Une petite dédicace et hâte de le lire.

Bonne continuation à vous

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.