Voeux 2013 du blogue "les ensablés"

Les ensablés - 05.01.2013

Livre


[caption id="attachment_4108" align="alignleft" width="300"] Pétards de fin d'année[/caption] Chers lecteurs, Je vous adresse mes meilleurs vœux 2013, en souhaitant que vous continuiez à me lire et à soutenir la cause que ce blogue tente de défendre. Nous sommes samedi 5 janvier, et sur Paris la brume, et l'ennui, et l'angoisse, celle de ses millions d'habitants qui, pendant un moment, ont oublié leur quotidien... Et voilà qu'impitoyable, le monde revient vers eux, vers moi, ils le sentent, ils y pensent; les soucis, ce qu'il faudra faire, la peur de n'y pas parvenir... Et ceux qui ne travaillent pas, ceux qui, en cette période où personne ne travaillait, avait cette illusion d'être comme tout le monde, pressentent à nouveau la solitude, la peur du lendemain. Peur du lendemain, voilà ce qui nous réunit après cette parenthèse. C'est toujours un instant pénible que ces dernières heures de liberté. Bientôt, on ne pourra plus lire, on ne pourra plus rêver. Il faut faire face. Un serrement de cœur viendra lundi matin, puis l'on oubliera le poids de ses chaînes. Dieu merci. Une consolation en ces jours funèbres: la certitude de poursuivre notre travail sur les ensablés durant toute cette nouvelle année, sans faiblir. J'y serai aidé par les lecteurs de plus en en plus nombreux, et par certaines contributions dont certaines deviendront régulières. Henri-Jean Coudy nous offrira désormais une chronique dont le titre générique sera "Mes espoirs de retour". Il m'a écrit une lettre à ce sujet que je vous fais partager: Du catalogue du Livre de Poche des années soixante que nous consultions pour y trouver de quoi alimenter notre fringale de lecture, il est quelques noms que nous irons explorer sur la période 1930, année où l'on cessa de s'amuser à Montparnasse à 1960 où dans le fracas de la dernière guerre coloniale, s'annonçait l'ère nouvelle de la société de l'éternelle croissance; nous aimerions trouver un autre Julien Blanc, dont nous parlerons du dernier tome de " Seule la vie" dès que les éditions Finitude l'auront publié, pour ne pas quitter le monde des gens du peuple, mais nous pensons à des écrivains aussi divers que Stephen Hecquet, François Augieras, Roger Ikor, René Barjavel et , pourquoi pas, Philippe Heriat. De quoi lire et écrire. Voilà un programme alléchant. Comme je l'ai déjà dit toutes ces contributions diverses nous permettent peu à peu de constituer un fond conséquent, redécouvrir les liens spirituels ou amicaux que tous les écrivains oubliés entretenaient entre eux, et pourquoi pas, aboutir à une histoire de ce monde littéraire devenu souterrain. J'adresse à Henri-Jean Coudy tous mes remerciements, ainsi qu'à Laurent Jouannaud et Denis Gombert qui, eux, sont de la partie depuis le début. Je souhaite en particulier mes meilleurs vœux de réussite à Laurent Jouannaud pour son nouveau roman "Kafka suite" paru chez Gallodé et que je vous encourage à lire. 2012 a vu la publication de mon roman "Les choix secrets". On m'a dit "Vous avez trouvé vos lecteurs", et de fait la toile (mais hélas la presse très peu) est très positive sur ce texte qui m'a demandé tant de travail. Maintenant, il me faut passer à un autre roman qui, j'espère, me donnera l'audience que je me souhaite. J'y travaille donc. A vous tous, je souhaite la réalisation de vos souhaits les plus chers, et, pour ce qui concerne la littérature, la découverte de nouveaux auteurs que je vous encourage à nous faire connaître. Hervé BEL.