Zindien, Hervé Le Tellier

Clément Solym - 05.06.2009

Livre - Zindien - Herve - Tellier


Cher M. Le Tellier,
 

Vous n’avez pas la chance de savoir que je fus un fervent auditeur des Papous – à poux papa – où vous officiâtes dans la joie et la bonne humeur. Notez fort à propos que l’emploi du passé simple, tombé en désuétude en cette époque mercantilo-imparfaite se justifie grammaticalement, mais surtout parce que je n’écoute plus France Culture. Trop compliqué. Je privilégie actuellement France Inter, et le fou du roi, comme d’autres gourmets des envolées savoureuses du sieur Porte. Son camarade Daniel ne me laisse pas indifférent non plus, du reste. Quels organes, ces hommes…
 

Mais, baste ! On m’indique que vous frayez dans l’OUvroir de LIttérature POtentielle depuis 1992. Grand bien lui en fasse et j’espère que vous lui rendez bien. Entre nous, les jeux de de l’OULIPO me laissent de marbre, je n’ai pas aimé La Disparition mais…
 

Mais mon petit Hervé, j’aime beaucoup la poésie. La torturée, la sinueuse, la légère, l’éloquente, la satirique, la sinistre. Bref, j’ai le rythme insolite et brusqué de la langue, la contrainte des vers, la liberté de la prose, j’aime que ça chante et qu’on s’amuse. Et certes ton Zindien, cher Hervé, n’entre pas dans l’énumération que je viens de pondre : ça ne m’a pas empêché de le relire – trois fois – depuis qu’il est à la maison.
 

Commençons p. 58, si tu le veux bien, puisque tu as la malhonnêteté de nous fournir des « instructions pour lire mes poèmes ». Et je cite : il faut « être seule au calme dans le presque noir ». Dis donc, j’ai essayé : c’est pas évident de les lire ensuite, parce que la police est petite tout de même.
 

J’inviterai volontiers le lecteur à revoir son catéchisme avec toi aux pp. 47 et 73 : « Notre Auber qui êtes Jussieu / Que Simplon soit Parmentier / Que ta Volontaire soit Place des fêtes ». Evidemment, cela parle peu au non-adepte des transports parisiens. Mais le suivant sera plus fédérateur : « Je vous Bloody Mary / Pleine de glace / Le shacker est avec vous ». Appétissant, non ? Cela donne envie de prendre l’apéro entre amis. D’ailleurs, Hervé, si t’as cinq minutes, contacte la rédaction, on se prendra un russe blanc amélioré dont tu me diras des nouvelles.
 

Plus sérieusement : la poésie de Zindien est drôle, parfois d’un humour étrange, mais sûrement pas inaccessible. Bien sûr, on privilégiera toujours un roman pour se distraire, parce que la poésie, hein, personne n’en lit. Ben c’est un tort en général, et avec Zindien en particulier : jeux de mots, virevoltages, sauts de lignes et pets de l’esprit – si, y’a des calembours, j’en ai trouvé – et tout ce qui concourt à faire de la lecture un plaisir, voilà ce que l’on trouve dans ce recueil.
 

Hervé Tellier offre l’occasion de se réconcilier avec la poésie, avec des textes pas très portés sur les sonorités et qui ne ressortent pas très bien lus à voix haute, mais à choisir entre un Mars pour la pause goûter du matin et Zindien, plutôt mourir vide de ventre que d’esprit. On est chaleureusement accueilli, on passe un excellent moment, frais et drôle et quand on revient, notre chambre est propre encore et rien n’a bougé de ce que l’on avait laissé...
 

Merci au Tellier !
(le livre Zindien est réédité, première parution janvier 2000)



Retrouvez Zindien, d'Hervé Téllier, en librairie



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.