medias

Anorexie, solitude et homosexualité : journal d'une jeune fille perdue

Florent D. - 07.12.2018

Manga - solitude autre genre - Kabi Nagata manga - homosexualité identité anoréxie


MANGA – On se figure souvent la société japonaise comme produisant des individus multipliant les difficultés à communiquer. Ou s’exprimer plus simplement. Il faut encore comprendre, avec l’exemple d’un individu, quelles formes peut prendre cette solitude. L’histoire vraie de Kai Nagata est édifiante, touchante, et, à bien des égards, émouvante.



 

Raconter l’autre, l’imaginaire, le fictif est un pas à franchir : se raconter, avec méthode, humour et délicatesse, relève d’un pari spectaculaire. Parce que Solitude d’un autre genre est un récit personnel particulièrement réussi. 

L’histoire de Kabi Nagata est celle, sans frontière, de l’adolescence traumatisée : angoisse et dépression latente, avec pour conséquence des troubles alimentaires, et une immense difficulté à exercer une activité professionnelle. Même les petits emplois se changent en enfer. 

À 28 ans, elle vit chez ses parents, après avoir abandonné l’université, et endossé péniblement un emploi de caissière. Sa vie sociale se résume à bien peu de choses : incapable d’aller vers l’autre, tant elle éprouve mille douleurs à vivre avec elle-même, Kabi s’enferme. Une introspection constante, faite de reproches et d’interdits infranchissables.

C’est ce rapport au corps et son incidence sur l’esprit qu’interroge le manga tout du long. Une révélation, une prise de conscience, dans le lien entretenu à la tendresse, au simple contact physique. L’attraction ressentie pour le corps féminin, celui qu’elle a scarifié – jusqu’à cette perte partielle de cheveux qui la complexe tant – devient une porte de sortie.

Et c’est avec une prostituée que Kabi va tenter de lutter, de s’extraire de ce malaise qui la dévore. 

La plus difficile des quêtes débute : celle qui doit aboutir à une reconnaissance de son identité, à l’acceptation du désir, qui conduira à ce qu’une autre personne se dévoile.

Depuis toujours, Kabi dessinait, sans avoir encore trouvé ni ce qu’elle voulait représenter ni ce qu’elle pourrait figurer. La révélation vécue comme une ouverture portera une inspiration différente : (se) raconter, pour s’ouvrir enfin aux autres. Témoigner, pour exister.

Voici un récit incroyable de sincérité et d’autodérision, évoquant sans détour, sans trop de masques finalement, les difficultés à être, et le parcours nécessaire pour affronter les traumatismes. Un livre magnifique.

<

>



Kabi Nagata, trad. Manon Debienne et Sayaka Okada (japonais) – Solitude d’un autre genre – Pika – 9782811641412 – 18 €


Commentaires
Très bonne série dans mon top 2017 (j'ai pas la VF mais la version USA, qui date de l'année 2017) je fais la suite (toujours aussi bien) : My Solo Exchange Diary.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.