Hell Blade T1 de Je-Tae Yoo

Clément Solym - 06.04.2011

Manga - hellblade - jack - eventreur


Hell Blade Tome 1 de Je-Tae Yoo nous plonge dans les ruelles sombres du Londres de 1888 sur les pas du terrible Jack l'Éventreur, mais attention : dans ce manhwa édité par Ki-oon, les apparences sont trompeuses.

L'Histoire :
Roy Johnson est un inspecteur chargé de l'enquête sur une série de meurtres effroyables commis par celui que l'on commence à nommer Jack l'Éventreur. Il a beau mettre toute son énergie dans son travail, l'enquête n'avance pas d'un pouce. Pire, quand il trouve enfin un témoin celui-ci tient des propos incohérents sur des démons et Londres qui « brûlera dans les flammes de l'Enfer ». Quant à sa vie personnelle, il est obligé de la tenir secrète car il fréquente une veuve, Susan, dont l'ex belle-mère est une vraie furie.


Un jour, Susan tue sa belle-mère en état de légitime défense. Roy décide de faire croire que ce meurtre est l'oeuvre de Jack l'Éventreur. C'est à partir de là que la vie de Roy Johnson bascule complètement dans les ténèbres.

Jack l'Éventreur version fantastique horreur
Dès les premières pages Je-Tae Yoo réussit à installer une ambiance sombre et pesante qui colle parfaitement au sujet. On se laisse embarquer par l'histoire et on s'attend à lire un bon thriller sanglant, captivé par la spirale infernale qui entraîne Johnson toujours plus bas. Et par l'évolution de Susan, un personnage qui semble au début très lumineux mais sombre de plus en plus dans la folie. Et puis, l'auteur nous surprend complètement en faisant intervenir du fantastique et en inversant les positions de bourreaux et de victimes.

Il faut avouer que ce revirement peut être assez déroutant voire désagréable tellement on est bien accroché par l'ambiance et l'histoire. Cela dit, les quelques éléments mis en place dans ce premier tome laissent présager d'un titre intéressant. Une réécriture fantastique du mythe de Jack l'Éventreur, l'idée est assez originale et ne demande qu'à être bien exploitée.

Il faudra tout de même attendre de voir les prochains tomes pour se forger un avis plus déterminé. On regrettera simplement, un petit anachronisme dans l'emploi du terme « profileur » (le profilage n'a réellement été utilisé qu'à partir de 1949 et aux États-Unis) qui casse pour un temps l'ambiance victorienne. C'est dommage.

De la folie des personnages aux monstres
Au niveau du dessin, il faut bien avouer que Je-Tae Yoo fait un travail impeccable. Le charac-design est bien léché avec une mention particulière sur les différents aspects de la folie qui se reflètent sur les visages des personnages. L'architecture victorienne est peu présente mais très bien restituée. Les monstres sont impressionnants. Et on recense quelques petites trouvailles assez sympathiques.

Si l'on réserve pour plus tard notre avis sur ce titre, Hell Blade tome 1 aura au moins eu le mérite de nous avoir surpris et d'avoir piqué notre curiosité. On espère que les éléments d'histoire mis en place donneront quelque chose de bien qui rentrera en résonnance avec des dessins sombres et maîtrisés.

Retrouvez Hell Blade sur Comparonet.