L'île d'Hozûki tome 1 de Kei Sanbe

Clément Solym - 06.03.2010

Manga - ile - hozuki - kei


L’île d’Hôzuki de Kei Sanbe aux éditions Ki-oon est un thriller volontairement décalé aux limites du style horror avec quelques apparitions surnaturelles et un dessin surprenant. À L’image du physalis, Hozûki qui est censée être une guide pour les enfants selon les adultes, est perçue par ceux-ci comme une cage.

Cette épopée en quatre tomes promet de mystérieuses découvertes, on attend donc la sortie du tome 2 le 8 avril avec une impatience non dissimulée.

Amour en Cage


Kokoro et Yume sa petite sœur, orphelins arrivent sur une île pour suivre leur scolarité au sein d’un pensionnat ou ils seront logés avec 4 autres enfants et leurs professeurs. Très vite, les camarades de Kokoro lui feront d’inquiétantes révélations et d’étranges événements viendront menacer la tranquillité de nos deux héros.

D’autre part, qui est cette mystérieuse jeune fille qui apparaît aux autres élèves ? L’école est-elle réellement hantée ? Pourquoi les autres enfants sont-ils aussi suspicieux ? Quel est le secret de l’île Hozûki et quel terrible mystère se cache au-delà des grillages qui entourent le pensionnat ?

Un thriller énigmatique et surnaturel

Dans L’île d’Hôzuki le lecteur est pris à parti, des disparitions mystérieuses dans des circonstances douteuses poussent les enfants à ne plus faire confiance aux adultes et à mettre en place des théories sur les raisons de leur présence sur l’île et la cause de la disparition des autres personnages. On distingue nettement la formation de deux « camps » dans l’histoire celui des élèves et celui des professeurs.

Page après page le lecteur, est emporté malgré lui dans une partie de Cluedo à échelle fantastique, avec l’apparition d’une mystérieuse élève fantôme. Dès lors, l’école devient le théâtre de scènes de crimes sanglantes, de disparitions mystérieuses et des élèves de l’île se voient pris au piège dans ce drame hitchcockien dont ils pensent être les seuls à pouvoir se délivrer. D’un bout à l’autre du manga le lecteur est en présence de thème difficile, d’une atmosphère pesante, et ses émotions sont troublées par les suspicions des enfants, le tout sur un rythme lent qui contribue à une angoisse quasi permanente.

Un dessin surprenant

On reconnaît nettement une inspiration Tezuka dans le charac design avec des traits très arrondis, particulièrement au niveau du visage avec de grands yeux très expressifs.

De plus, nous sommes en présence de planches claires et ordonnées avec peu de speed lines, de grandes cases lumineuses, un style complètement inhabituel pour le dessin de manga du genre policier ou horror. Tous ces éléments couplés avec l’ambiance de l’intrigue contribuent à semer le trouble dans notre esprit.
L’île d’Hozûki est un mystérieux thriller proche du surnaturel, qui nous entraîne dès le premier regard vers une aventure décalée proche de l’horreur avec sa première de couverture voisine d’une affiche de film d’horreur japonais (Ring) et de sa quatrième très proche de l’univers graphique Tezuka.

On apprécie également la postface de l’auteur qui nous apporte des éléments complémentaires dans l’exploration de « l’île aux mystères »…