One-Punch Man : un poing c’est tout !

Fnac - 09.03.2016

Manga - One-Punch Man - série succès manga


La série One-Punch Man, création délirante de One, un amateur de manga, a d’abord connu le succès en ligne, avant d’être adaptée en version papier, par Yusuke Murata. Publié en 2012 au Japon, le titre devient rapidement un best-seller. Il a débarqué en France le 14 janvier 2016. Le deuxième tome paraît le 10 mars. On revient sur cette toute jeune série déjà culte et on vous donne trois bonnes raisons de la découvrir.

 

 

 

Un héros désabusé et désopilant

 

« J’ai encore rétamé mon adversaire d’un seul coup de poing! C’est nuuuul!! » À l’image d’un Deadpool sarcastique, le héros de One-Punch Man, Saitama, est un superhéros très décalé, un être surpuissant qui n’a pas la grosse tête, mais qui souffre d’un ennui certain. Car il dézingue tous les méchants – aussi monstrueux soient-il – d’un unique coup de poing, ce qui rend le combat beaucoup moins excitant. Pour autant, Saitama n’a pas été l’objet d’expériences scientifiques qui l’ont transformé en superhéros.

 

À 22 ans, chômeur au regard éteint et au goût de vivre quasi nul, il fait une rencontre désagréable, celle d’un Crabotaure susceptible, et se rappelle alors son rêve de gosse : « devenir un superhéros capable de rétamer les méchants ». Pour ce faire, il s’entraîne pendant trois ans, devient extrêmement puissant et invincible. Cet entraînement intensif a une conséquence fâcheuse, cependant : la perte totale de ses cheveux.

 

La galerie de monstres est aussi fantastique qu’absurde

 

« Alerte! Évacuation d’urgence! Fléau de niveau “Démon” ! » Le but premier de Saitama, malgré une lassitude profonde, est de faire régner la justice et de débarrasser la Terre des monstres de plus en plus nombreux et belliqueux.

 

Dans sa quête de justice, il rencontre de nombreuses créatures chimériques, toutes mal intentionnées envers la race humaine : Vaccine-Man, un monstre né de la pollution causée par les humains, créature de Mère Nature; Dragotaupe qui a le pouvoir de… creuser des trous très profonds dans le sol; les Monstroterres, les vrais habitants de la Terre qui souhaitent regagner la surface de leur planète…

 

Un bestiaire fantastiquement absurde et original qui rappelle l’univers des mangas des années 1980-1990.

 

Ton totalement décalé et ultra moderne

 

« C’est quoi, ces salades? Faudrait voir à pas te foutre de ma gueule, tronche de cake! »

 

L’humour de One-Punch Man tient autant au dessin qu’aux dialogues savoureux, parfois très crus : le Crabotaure se voit affublé de deux tétons dessinés au feutre dont il ne peut pas se défaire; un jeune garçon un peu insolent est seulement désigné par une caractéristique physique bien particulière : il a un menton en forme de derrière… 

 

 

 

Les introspections des personnages ont également un ressort comique important. Les monologues de chacun regorgent de détails sur les émotions ressenties et dépeignent longuement le vide existentiel de l’individu hypermoderne, sauf qu’en guise d’individus nous avons ici des créatures hybrides et un superhéros chauve et peu charismatique. Ces longues introspections mettent en avant ce qui fait de One-Punch Man un manga shônen innovant : les scènes de combat n’ont ici que peu d’intérêt, et ne durent pas; l’invincibilité annoncée du héros laisse peu de place au suspense.

 

Ces scènes d’action, très dynamiques, sont entrecoupées de scènes du quotidien relativement triviales – un Saitama essayant désespérément d’écraser un moustique ou remplissant un arrosoir en forme d’éléphant...

 

Les clins d’œil visuels sont nombreux, et quand on fouille un peu, on découvre un cochon tirelire qui bientôt sera représenté comme le premier monstre qu’affronte Saitama, un moustique qui devient le fil rouge d’une histoire entre réalisme et fantastique. Saitama semble toujours entre le rêve et la réalité… Car la structure narrative est moins simple qu’elle n’y paraît. Les clins d’œil visuels et scènes où Saitama se réveille laissent à penser que la frontière entre réalité et fantasme est bien mince.

 

En somme, en reprenant et détournant les codes des mangas shônen pour jeunes adultes, et ceux de la thématique du superhéros et de sa condition solitaire de sauveur, One-Punch Man mêle habilement action et humour, pour un résultat extrêmement moderne, délirant et original.

 

--

 

Un manga de Yusuke Murata, d’après l’œuvre originale de One (éd. Kurokawa)

Traduit du japonais par Frédéric Malet

 

La série sur Fnac.com :

Fnac offre -5 % sur tous les livres en retrait magasin

Parution du tome 1 le 14 janvier 2016 - 192 pages en N & B

Parution du tome 2 le 10 mars 2016 - 208 pages en N & B

 

 

Retrouvez les conseils des libraires Fnac