Sengo : au Japon, la débauche après la débâcle

Lucie Ancion - 03.03.2020

Manga - Sengo Casterman - Manga Manhwa - Japon soldats


MANGA - Tokyo, juste après la seconde guerre mondiale. Un soldat démobilisé et sans le sou tombe par hasard sur son ancien sergent devenu ivrogne. Voici le quotidien d’un duo que tout oppose, entre entourloupes pour survivre et souvenirs au poids écrasant.
 
 
 
Après 1945, le pays du soleil levant est dévasté, Tokyo est en ruines. Kadomatsu, un soldat démobilisé, bourru mais bon vivant, n’a plus personne vers qui se tourner. Et c’est en tentant de partir sans payer d’une baraque à soupe qu’il retrouve son ancien sergent Toku, plus réservé mais devenu ivrogne. Kadomatsu s’agrippe aux basques de Toku malgré les insistances de ce dernier pour qu’il parte à la compagne.
 
Et tandis que Toku se souvient de ce qu’il a vécu pendant la guerre, de la façon dont il vengé le viol de la belle-sœur d’un camarade, et de ses liens avec des bandes de yakuza, le maladroit Kadomatsu va faire les quatre cents coups. Tour à tour sous-fifre d’un clan, crieur au passant d’une échoppe de nourriture, puis maquereau, il finit à chaque fois à la porte d’un coup de pied au derrière.
 
Il se passe beaucoup de choses et les épisodes sont très rythmés, avec une vraie fin à chaque fois, ce qui donne l’impression d’avoir plusieurs mangas en un. Un peu à la façon de Bride Stories, chaque chapitre est une histoire en soi, une tranche du quotidien des personnages. Et comme pour apporter de la légèreté à un récit qui au premier degré serait plutôt dur, la fin de chaque chapitre prend un ton et un style digne d’une chute de gag d’une vieille BD franco-belge – ce qui est particulièrement plaisant.
 
Sengo se nappe ainsi d’une aura vintage, renforcé par son style de dessin unique. Avec leurs visages arrondis et leurs traits simplifiés, les personnages sont d’autant plus marquants, et les femmes d’autant plus belles. Les corps nus sont très présents – de nombreuses scènes se déroulent au lit – mais le ton n’est jamais au fanservice, c’est toujours pour montrer quelque chose de plus, pour ne rien cacher de la réalité de l’époque dépeinte.
 
Une autre grande force de Sengo, c’est son duo central. Kadomatsu et Toku n’ont pas du tout une dynamique courante. Leur paire marche terriblement bien, mais rappellerait plutôt Gil Jourdan et Libellule – un sérieux en imperméable, et un gros joyeux un peu trop attaché au premier.
 


Vous l’aurez compris, ce manga a toutes les chances de satisfaire les amateurs de bande dessinée classique. Au travers du récit, c’est toute la dureté – et l’absence de mœurs – du quotidien d’un moment mal connu de l’histoire qui s’offre à nous. Pourtant, par la façon dont l’œuvre est illustrée et découpée, ce n’est jamais tout simplement horrible.
 
La narration se fait avec un côté un peu décalé mais surtout terriblement humain. Le personnage de Kadomatsu est attachant par son aspect d’ours, et il a beau penser avec son ventre (voire avec son bas-ventre…), nous l’aimons d’autant plus. Mais la narration ne se contente pas de ces grivoiseries – les flashbacks et retours sur la période de guerre sont assez fréquents, et occuperont la grande majorité du second tome, pour que nous puissions en apprendre davantage sur les accidents de parcours de nos deux compères.
 
Le résultat est un manga (mais qui paraît plus une bande-dessinée, comme on l’a dit) plaisant à lire et accrocheur, à réserver plutôt aux adultes mais à consommer sans modération (…de la même façon que Kadomatsu cherche la demoiselle).
 

 
Sansuke Yamada, adapt Hinoko, trad. Sébastien Ludmann – Sengo – Casterman – 9.45 €
Vol. 1 Retrouvailles – 9782203202597
Vol. 2 Initiation – 9782203202757


Commentaires
Nouveauté Komikku (qui m’intéresse) "Goodbye, My Rose Garden" wink
2 nouveaux Mangas preco : Odin Sphere (Mana Books) et Demon Tune (Kurokawa).
Why Nobody Remembers My World? est mieux noté que ce que je pensais mais il a le même défaut que Faraway Paladin (le risque d'un arrêt du Manga au bout de xx arcs), donc il va en wishlist (pour longtemps).



C'est comme Rascal Does Not Dream of Bunny Girl Senpai qui s’arrête au bout d'un seul arc (alors que le titre semble très intéressant).
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Casterman
Genre : manga
Total pages : 184
Traducteur :
ISBN : 9782203202597

Sengo T.1 ; retrouvailles

de Yamada, Sansuke

J'achète ce livre grand format à 9.45 €