Tripeace tomes 1 et 2 de Tomoyuki Maru

Clément Solym - 08.10.2010

Manga - tripeace - tomoyuki - maru


Tripeace tomes 1 et 2 de Tomoyuki Maru se penche sur la question épineuse de la guerre et de ce que l'on est prêt à faire pour la faire disparaître. En d'autres termes, tous les moyens (y compris la violence) sont-ils bons pour en finir avec la guerre ?

Une question délicate qui avait été abordée notamment dans le comic Watchmen, avec une résolution qui laissait le lecteur face au dilemme. Qu'en sera-t-il pour Tripeace ?

L'histoire :

Nana s'est réveillé souffrant d'une hyper amnésie, loin de toute civilisation. Quand, il trouve enfin une ville, il se fait agresser par des enfants qui croyaient qu'il faisait partie de l'empire voisin, relativement expansionniste, Xyece. La ville dans laquelle se trouve Nana, ne tarde pas à se faire attaquer par Xyece et le héros (re)découvre ce qu'est la guerre.

Les trois enfants qui accompagnaient Nana perdent la vie dans une énorme explosion. Nana jure alors de faire disparaître la guerre. Il se rend dans une seconde ville qui elle aussi se fait attaquer par Xyece, c'est là qu'il fait la connaissance trois membres de l'organisation Tripeace. Leur but, en finir avec la guerre, et par n'importe quel moyen, y compris la violence. Nana décide de rejoindre l'organisation mais semble avoir des réserves quant à l'usage de la violence.

Un personnage intrigant mais plutôt faible

Le premier tome de Tripeace s'attache à poser les bases philosophiques, donner une première esquisse d'une intrigue autour du personnage principal (son amnésie et certaines aptitudes étonnantes) et à mettre en oeuvre sa motivation. Cela dit, celui-ci ne se distingue pas vraiment, il semble relativement chanceux mais plutôt faible. Si ce tome est bien construit et nécessaire au bon lancement de l'histoire, il lui manque un petit quelque chose pour accrocher définitivement le lecteur. Et ce petit quelque chose, on le retrouvera dans le deuxième tome, il est donc conseillé de lire les deux d'affilé.

Le tome 2 est plus centré sur l'action. Nana tente de compenser sa faiblesse avec une ruse afin de faire fuir l'armée de Xyece. Le subterfuge fonctionne moyennement mais il s'en sort avec l'appui de Tripeace, du moins jusqu'à l'arrivée du général Riboll. Il est largement plus puissant que Nana et Shiro et l'issue du combat semble désespérée, c'est alors que Nana décide de se sacrifier pour sauver Shiro.
 

Si dans ce tome Nana ne brille toujours pas par son habileté au combat, il fait preuve d'ingéniosité, de détermination et de sens du sacrifice. Il est enfin montré aux lecteurs comme un héros. Malgré un thème assez dur, on retrouvera tout au long des deux tomes de la légèreté, de l'humour (notamment la propension de Nana à se déguiser en fille pour régler les conflits) et même du fan service.

Un style qui varie selon les scènes

Le charac design est assez soigné. On notera que le style de Tomoyuki Maru change radicalement suivant qu'il s'agisse de scènes ordinaires ou violentes. Le trait devient alors plus appuyé et plus anguleux, les cases sont plus sombres, les visages des personnages moins détaillés et envahis de crayonnés. Tout cela donne une impression plus dure qui tranche totalement avec les autres dessins et qui soutient à merveille l'émotion suscitée.

Tripeace
est un manga qui a du potentiel tant au niveau de l'histoire et de son traitement que du dessin. Une petite inquiétude tout de même, le thème choisi par l'auteur qui est quand même très casse-gueule. On se demande comment cela va évoluer et surtout avec un personnage plutôt contre la violence comment l'auteur va trouver une résolution à la question : tous les moyens (y compris la violence) sont-ils bons pour en finir avec la guerre ?