10.000 soldats pour envahir les banlieues françaises ?

Clément Solym - 07.10.2010

Edition - Les maisons - armée - défense - quartiers


L'information est sortie aujourd'hui, par le biais du dernier numéro d'Armées, une publication officielle du ministère de la Défense. Selon un texte daté du 3 mai 2010, l'armée peut engager 10000 hommes sur le territoire national en cas de crise majeure.

Pour éviter toute dérive, il faut alors définir une « crise majeure ». Le préfet François Lucas, à l'époque directeur de la protection et de la sécurité de l'État au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) l'explique dans Armées : « [C'est] un évènement - pandémie, attaque terroriste, catastrophe, crise d'ordre public - dont la gravité et la portée conduisent les autorités gouvernementales à activer le dispositif interministériel de crise ».


Au cas où vous n'auriez pas remarqué, l'armée intervient déjà pour prêter main-forte aux secours civils lors de crises naturelles. Et aide la gendarmerie dans le cadre des plans Vigipirate. Le « contrat opérationnel 10000 hommes » dont le caractère « confidentiel défense » a été souligné à l'AFP par le SGDSN vient donc renforcer ces « habitudes ».

Pourquoi ?

Selon l'écrivain journaliste indépendant Hacène Belmessous (Le Nouveau Bonheur Français et Mixité Sociale, Une Imposture), cette loi n'est pas un hasard. Dans son livre à paraître aujourd'hui, Opérations banlieues, comment l'État prépare la guerre urbaine dans les cités françaises (éditions la Découverte) l'auteur affirme que ce plan vise à déployer une force armée dans les banlieues difficiles : « [La loi] vise un seul territoire qui absorbe l'entière attention de Nicolas Sarkozy depuis les émeutes de l'automne 2005 : les quartiers sensibles ».
 
Le journaliste cite comme base une étude confiée, après les émeutes de 2005, à la société privée Eurocrise par la Délégation aux affaires stratégiques (Das) du ministère de la Défense. Cette étude est pour la preuve d'une « inquiétante dérive vers la préparation d'une guerre totale contre les territoires perdus de la République ». Un constat alarmant s'il en est. Affabulation commerciale ou réelle dérive sécuritaire ?

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.