10 choses auxquelles penser avant de vendre ses droits d'édition

Julien Helmlinger - 21.10.2016

Edition - International - droits copyright - éditeur édition - conseils Francfort


Pendant la Foire du livre de Francfort, les éditeurs Jane Tappuni (IPR License) et Kris Kliemann (Kliemann and Co), ont évoqué la vente de droits sur le stand de Publishing Perspectives. Ils ont énuméré certaines actions essentielles à mettre en œuvre avant de céder ses droits.

 

handshake

CC BY SA 2.0 par Broad Bean Media

 

 

Comme l’un des fondements d’une bonne cession de droits, les professionnels mettent l’accent sur le système de droits. Jane Tappuni estime qu’il « devrait être payant lui-même », son confrère ajoute qu’il faut « organiser vos métadonnées soigneusement de sorte à savoir ce que vous pouvez vendre ».

 

Il s’agirait d’abord d’une question d’organisation au préalable, en somme. Ensuite on peut optimiser sa vente en personnalisant son argumentaire, et éventuellement créer quelque chose d’interactif, dans l’ère du temps. Cette communication devrait convaincre sa cible d’avoir enfin trouvé cette perle qu’elle cherchait. Elle devrait déjà s’imaginer les bénéfices qu’elle pourrait tirer de la publication du livre. 

 

Dans cette phase de séduction, les éditeurs conseillent de privilégier le face à face plutôt que les échanges de mails, susceptibles de « tuer le business ». Car il est non seulement préférable de susciter un échange bien vivant, mais aussi de s’assurer que la cible ait bien saisi tout le message.

 

Être créatif, ou encore flexible dans ses conditions de vente (accepter une cession d’extrait plutôt que du titre intégral, s’ouvrir à l’offre contre souscription, etc.), constitueraient d’autres atouts. Le duo d’intervenants prescrit au moins une dizaine de bonnes habitudes à prendre, pour assurer :

 

- Bien connaître ses droits, organiser sa veille sur le sujet, avec les données de sources fiables.

- Composer son propre guide permettant de rationaliser sa communication, son marketing.

- Donner de l’exposition à sa backlist, par exemple via une belle vitrine interactive sur le web.

- Apprendre à connaître sa clientèle, noter les renseignements et rester focalisé sur le dialogue.

- Vendre en lot où en morceaux.

- Prendre le temps de rester en contact tout au long de l’année avec ses interlocuteurs.

- Être créatif et flexible sur les transactions.

- Écouter ce qu’ont à dire ses clients, pour comprendre leurs attentes et y répondre.

- Être prompt à la réaction, ne pas laisser au temps le soin de classer l’affaire.

- Ne pas hésiter à se servir d’outils, plutôt que se contenter d’une page excel au fond du tiroir...

 

(via DigitalBookWorld)