146 projets, un million d'euros et une charte pour les langues françaises

Antoine Oury - 12.10.2015

Edition - Société - maîtrise du français - langues de France - ministère de la Culture


Le ministère de la Culture et de la Communication a dévoilé le vendredi 9 octobre les 146 projets retenus suite à l'appel passé le 1er juin 2015, qui suivait le Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du mois de mars 2015. 713 projets ont été reçus, et 146 sélectionnés, qui se partageront donc le million d'euros alloué aux actions pour l'accès à la langue française.

 

Sans titre

(Service photo du Département du Val-de-Marne, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Les différents projets retenus visent tous à améliorer l'accès à la langue française, par différents types d'activités comme des ateliers d'écriture, du théâtre, des contes, du cinéma, jeux vidéo... Ce sont 129 projets de terrain qui ont été retenus, qui couvrent des urbains, périurbains, ruraux, quartiers politiques de la ville – en métropole comme outre-mer, précise le ministère, et 17 projets d'outillage et de formation, à la portée plus globale.

 

Les publics visés par ces différentes initiatives sont principalement les adultes ne maîtrisant pas l'écrit, les jeunes de 16 à 25 ans et les migrants non francophones. Détenus et mineurs pris en charge par la protection judiciaire de la jeunesse peuvent également être concernés. 

 

 

Voir en plein écran

 

 

« La Délégation générale à la langue française et aux langues de France suivra attentivement leur mise en œuvre et apportera un accompagnement spécifique à plusieurs d’entre eux, dans un dialogue étroit avec les ministères et les organismes impliqués dans la politique en faveur de la maîtrise du français », assure le ministère de la Culture.

 

Parallèlement à la promotion de la langue française, le ministère met en avant la promotion des langues françaises, à travers la ratification et l'application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, qu'a signée la France en mai 1999. Cette Charte vise à protéger les langues régionales, mais avait été estimée anticonstitutionnelle en 1999, quand le Conseil jugeait qu'elle portait atteinte « aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français » en créant des droits spécifiques à certains locuteurs.

 

Le processus de ratification a toutefois été relancé récemment, avec un projet de loi présenté par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, au Conseil des ministres du 31 juillet 2015. « Conformément aux articles 1er et 2 de la Constitution, la République est indivisible et sa langue est le français. Ces principes interdisent qu’il soit reconnu des droits propres à certaines communautés, distinctes du corps national. En revanche, ces principes n’interdisent pas de faire vivre le patrimoine culturel, et donc linguistique de la France » affirme ce projet de loi.

 

Si elle est adoptée, cette mesure patrimoniale permettra de protéger la diversité linguistique de la France, et de rassurer l'UNESCO, qui s'alarmait de la mise en danger et de la disparition programmée d'une trentaine de langues françaises.