147 $ d'amende pour avoir brûlé quatre livres LGBT d'une bibliothèque

Clément Solym - 08.08.2019

Edition - Justice - LGBT activiste - destruction livres - religion intégrisme


Reconnu coupable d’avoir brûlé quatre ouvrages LGBTQ, un activiste religieux a été condamné pour délit mineur, et s’acquittera de 147 $ d’amendes. Paul Robert Dorr, âgé de 63 ans, a été jugé ce 6 août, tout en cherchant à se dédouaner de son acte. 



 
Directeur de Rescue The Perishing, un groupe religieux qui se présente comme « mouvement pro-vie et pro-famille », Dorr avait été filmé en train de brûler des livres de la bibliothèque publique d’Orange, en octobre 2018. Un à un, les quatre titres avaient été jetés dans les flammes.

Dans la vidéo, on l’entendait brailler : « Vous, la bibliothèque d’Orange City, vous ne transmettrez plus ces choses. Vous devriez avoir tous honte et vous repentir. » 

Les titres comportaient Two Boys Kissing, une romance Young Adult de David Levithan, Morris Micklewhite and the Tangerine Dress, livre pour enfant, qui raconte l’histoire d’un garçon qui aimerait porter une robe mandarine, écrit par Christine Baldacchino. Les deux autres, This Day In June, est un livre d’images, de Gayle E. Pitman et Families, Families, Families !, de Suzanne et Max Lang.
 

Dieu, foyer de toutes les ardeurs


« Mon intention était d’honorer la Sainte Trinité, en qui réside ma foi, et de protéger les enfants d’Orange City, des attraits d’une vie de péchés et de misère », poursuit Dorr dans un communiqué. « Je ne l’ai fait que de manière à exercer ma liberté d’expression et la liberté de ma foi biblique. » 

Pour autant, devant le tribunal, il a tenté de plaider l’irrecevabilité de l’action, affirmant que l’État l’avait poursuivi de manière sélective. Selon lui, de nombreuses personnes peuvent se rendre coupables de ne pas avoir rendu les livres de leur bibliothèque à temps. Le juge a rejeté la demande : tous les usagers en retard ne brûlent pas les livres en se filmant.
 
La directrice juridique de l’American Civil Liberties Union of Iowa, Rita Bettis Austen déplore ce type d’intégrisme. « L’enjeu ne réside pas dans les convictions de cet homme ni son discours — c’est la destruction des biens d’une bibliothèque. Brûler les livres d’une bibliothèque publique, c’est détruire les idées : c’est cela qui est répréhensible. »

Toute expression de discriminations et de préjugés basés sur des orientations sexuelles ou une identité de genre est à condamner. Et les bibliothèques sont le lieu essentiel « pour stocker ces livres essentiels ».

De son côté, l’American Library Association, dans son dernier rapport pointe « la tendance inquiétante » qui se fait jour pqui vise à censurer tout type d’information. Depuis l’incendie criminel en passant par des poursuites judiciaires pour empêcher des Drag queens de lire des histoires, l’imagination des intégristes ne connaît pas de limites…


via NBC


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.