1500 nouveaux mots dans le dernier dictionnaire Le Robert

Clément Solym - 07.06.2011

Edition - Les maisons - dictionnaire - le - robert


Pour son édition 2012, le dictionnaire Le Robert voit les choses en grand. Il faut dire qu’il s’agit aussi, en parallèle, de fêter les 60 ans d’existence de ce qui est devenu une institution dans l’univers de la définition et de la précision concernant la langue française.

Chaque nouveau mot pourrait se remettre dans le contexte qui a amené sa montée en puissance, ainsi du terme « vuvuzela », emprunté au zoulou, et immédiatement lié à l’intérêt inédit pris pour cet instrument de musique lors de la dernière coupe du monde de foot.

Quant à « cougar », c’est un terme qui permet de désigner une femme mûre, assez vulgaire, qui est à la rechercher d’hommes nettement plus jeunes qu’elle. Ce mot se charge d’un sens nettement péjoratif. Mais il sert essentiellement à qualifier des femmes du show-biz.


On pourrait rapidement en déduire que les nouveaux termes du dictionnaire s’inscrivent dans les pages blanches de ce livre de référence simplement par effet de mode. C’est vrai, attendu que certains disparaitront assez rapidement de l’usage. Toutefois, d’autres, arrivés de la même façon, sont toujours abondamment utilisés…

Les vocables venant de l’anglais sont toujours aussi nombreux à faire leur entrée dans le dictionnaire, avec, notamment, même si la pratique n’est pas toute récente : l’e-learning, qui désigne un apprentissage mené par le moyen d’Internet.

Marseille n’est pas non plus en reste avec l’ajout de termes tels que « cagole », ou encore « cacou » au sein du tout dernier Robert.

Les petits mots d'Alain

Bien sûr le tweet, ce petit gazouillis de 140 signes est également présent, avec les fameuses vuvuzelas, découvertes en Afrique du Sud, durant la coupe du monde... « C'est un dictionnaire encyclopédique avec une partie langue française qui est plus développée que chez ses concurrents, en quoi c'est bien un héritier des autres dictionnaires Robert, dans le droit fil du Petit Robert comme du Grand », souligne Alain Rey, qui est le directeur de cette publication.

Et d'ajouter : « Il y aura aussi des dossiers spécifiques, un mois ce sera la médecine, un autre les nouveautés du vocabulaire, ce qui permet d'aller plus loin que dans ce qui est sélectionné pour l'impression papier. »

Quant à l'introduction de mots anglais, est-ce un combat à mener ? « On aime mieux courriel que mail, mais on est bien obligé de constater que mail est plus courant et quand on fait du buzz en tweetant, y'a pas moyen de l'exprimer autrement. Quand il y a une recommandation officielle pour une francisation, on la donne, mais ça ne veut pas dire que ça fonctionne vraiment dans le public ».