1931 : La presse harcelait James Joyce pour son union avec Nora Barnacle

Antoine Oury - 04.08.2014

Edition - Société - James Joyce correspondance - presse britannique tabloïd - mariage Nora Barnacle


Avant Lady Di ou les Beckham, les tabloïds britanniques se sont intéressés à James Joyce, notamment à l'occasion de son mariage avec Nora Barnacle, en 1931. Il avait rencontré la jeune femme le 16 juin 1904, un jour si important qu'il devint celui de l'action de son Ulysse, et le Bloomsday, date commémorative de son oeuvre.

 

 

J.J.

(Roberto Taddeo, CC BY 2.0)

 

 

Pour deux raisons, le mariage de James Joyce ne fut pas vraiment le jour le plus heureux de son existence : l'écrivain considérait l'alliance comme un véritable fardeau, aussi pesant qu'une chaîne de bagnard, et la couverture médiatique de son mariage l'agaçait profondément. La Bibliothèque nationale d'Irlande a mis en ligne une série de lettres tout juste numérisées, et celle du 9 juillet 1931 est particulièrement virulente vis-à-vis de la presse.

 

James et Nora étaient en couple depuis 27 ans au moment de leur union légale, afin de régulariser la situation de leur fils Giorgio. Joyce raconte la journée de son mariage, et, malgré la tentative de garder la cérémonie secrète, les journalistes sont au rendez-vous, lui demandant la véritable explication derrière ce mariage.

 

« Toute la journée, sonnette et téléphone n'ont pas arrêté. Même à minuit, lorsque nous sommes rentrés du dîner, un journaliste était posté sur les marches du perron. Ils ont tous entendu la même réponse », souligne James Joyce dans sa lettre à Giorgio et sa belle-fille Helen. Un écrivaillon du Sunday Express s'est même invité dans la maison de l'auteur, pour consulter le registre du mariage, et a fait une proposition audacieuse à l'écrivain.

 

« C'était littéralement du chantage. Ils m'ont proposé la moitié d'une page centrale pour publier un article le lendemain sur le mariage et l'amour libre, et le journaliste m'a fait comprendre que je serai très bien payé, mais que si je refusais, un autre article serait publié sur mon "double mariage" », explique Joyce. En effet, les ancêtres des tabloïds s'interrogeaient sur un possible premier mariage de Joyce et Barnacle, en 1904 en Autriche. Nora Barnacle aurait alors utilisé un faux nom, et les médias y voyaient un motif de scandale.

 

C'est pourtant Joyce lui-même qui avait fourni cette explication, pour faire taire les commentaires autour du mariage tardif du couple... La numérisation de la correspondance de l'écrivain par la Bibliothèque nationale d'Irlande se poursuivra au fil des années, avec dans l'idée d'en éviter la publication illicite. La correspondance est fournie par la Fondation Zurich, créée par le fils de Giorgio Joyce et Asta Osterwalder Joyce, sa seconde épouse.

 

 

 

(via The Guardian)