Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

2012 n'aura pas été "une année négative" pour l'industrie du livre

Clément Solym - 09.01.2013

Edition - Société - industrie du livre - voeux - oeuvres indisponibles


Les voeux de Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'Edition, n'auront pas réellement changé de ceux présentés par Antoine Gallimard l'an passé. Écartelé entre l'urgence des évolutions techniques autant que commerciales et la patience inhérente à la constitution d'une offre de qualité, le secteur du livre reste tout de même un enjeu économique important. Et finalement, 2012, en dépit de la baisse constatée en début d'année, n'aura, du fait des ventes de décembre, pas été « une année négative ». 

 

 

 

 

« La Commission européenne par construction s'intéresse beaucoup au consommateur. Nous aussi. Mais nous savons que le consommateur, lecteur en l'occurrence, ne veut pas seulement des prix bas, il veut aussi une offre de qualité, originale, variée. Il n'achète ses livres ni au kilo, ni au poids des mots. En réalité, depuis 20 ans, le prix du livre a augmenté moins vite que le coût de la vie. Et le lecteur a bénéficié d'une diversité de choix extraordinaire », souligne immédiatement le président.

 

Au menu de 2013, donc, diversités, exigence culturelle et démocratique, mais également l'équilibre, avec les opérateurs possiblement dominants. Mais surtout, 2013 sera « pour beaucoup d'éditeurs, le temps de l'appropriation du numérique ». 

 

Plusieurs missions guideront le SNE cette année : maintenir le dialogue entre auteurs et éditeurs, guidé par le professeur Sirinelli. Pèsent en effet plusieurs menaces, les nouvelles exceptions au droit d'auteur, et le piratage : Michel Barnier et les ministres des Affaires étrangères et de la Culture européens ont été alertés. Au Canada, l'adoption d'une législation anti-droit d'auteur et les exceptions actuellement discutées par l'OMPI, en faveur d'un projet mondial d'exception pour les personnes handicapées, sont autant de points noirs au tableau. 

 

Concernant le piratage, « un dispositif à l'encontre des sites contrefaisants de notification et retrait, qui sera proposé très prochainement à nos adhérents », précise le président.

 

L'autre point, particulièrement d'actualité, c'est la situation des librairies. Une impérative solidarité doit être de mise. Au ministère de la Culture, un Plan librairie est en cours, mais pour le SNE, « les solutions efficaces et d'avenir ne seront à trouver ni du côté de nouvelles taxations des acteurs de la filière, ni du côté de mesures renchérissant le prix des livres ».

 

La taxe Dilicom pourrait donc ne pas du tout recevoir l'assentiment du Syndicat. En outre, l'échec de 1001libraires.com, doté de 1,5 million € venant du SNL, de l'ADELC et du Cercle de la librairie montre que les « interventions financières ne constituent pas en soit la panacée ». Il incombe bien plus de faire respecter la loi Lang - et le prix unique du livre, numérique ou non. 

 

Mais 2013, ce sera aussi l'avénement de la loi sur la numérisation des oeuvres indisponibles : 

 

La loi du 1er mars 2012 instaurant une gestion collective des œuvres indisponibles a marqué l'aboutissement de deux années de travail acharné avec la BNF, le ministère de la Culture, les auteurs et les investissements d'avenir. Dossier ardu brillamment piloté par Sylvie Marcé. Ce dossier, nous l'avons défendu malgré sa complexité, car nous l'estimons nécessaire face aux projets de nouvelles exceptions au droit d'auteur promues par la Commission européenne : la France est, là encore, pionnière !

Le Cercle de la Librairie s'est résolument engagé dans ce projet, un décret d'application de la loi devrait paraître sous peu et la publication de la première liste de 50000 œuvres indisponibles est annoncée pour le printemps. L'engagement de la Caisse des Dépôts, au titre des investissements d'avenir, est lui aussi, espérons-le, imminent.

 

Enfin, le Syndicat souhaite agir en faveur de la promotion de la lecture, notamment avec l'opération Les petits champions de la lecture, pour lequel 210 classes sont déjà inscrites. Ce projet de concours de lecture pour les élèves de CM2 vise à redonner le goût de la lecture, avec l'appui du ministère de l'Éducation nationale. Le 29 mai prochain, à la Comédie française, on pourra d'ailleurs assister à la grande finale. 

 

  Vœux du SNE 2013 by   ActuaLitté Paris