21 années de promotion de la lecture, en ignorant ce qu'est le copyright ?

Victor De Sepausy - 11.08.2017

Edition - Justice - promotion lecture Américains - Reading Rainbow livres - LeVar Burton livres


LeVar Burton aura prêché des années durant le goût de la lecture auprès des enfants. Mais manifestement, la lecture de son contrat a échappé. À travers l’émission Reading Rainbow, l’acteur est devenu une figure majeure pour les jeunes Américains. Au point qu’il en a oublié que le concept ne lui appartenait pas...


LeVar Burton
LeVar Burton - Gage Skidmore, CC BY SA 2.0
 

 

Reading Rainbow est évidemment une marque déposée, découlant d’un show télévisé qui se déroula entre 1983 et 2006 – une fameuse longévité. En 2014, LeVar Burton chercha, à travers une campagne Kickstarter à relancer le programme, avec un financement qui finit en eau de boudin. Pourtant, il était parvenu à lever 6,5 millions $, permettant de relancer une partie de l’activité.
 

Mais voilà : en juin dernier, un podcast est programmé, LeVar Burton Reads, que d’aucuns ont fini par rebaptiser « Reading Rainbow pour adultes ».

 

Tout cela était bel et bon, et même les auditeurs en profitaient, renouant avec la tradition de promotion de la lecture dont Burton était devenu le porte-parole. C’était sans compter sur WNED, le cocréateur et producteur de la série originale. 

 

Du quadrille des homards à la ronde des avocats
 

En 2016, un premier conflit juridique avait opposé le producteur basé à Buffalo à la société RRKids de Burton, autour de l’émission première. En effet, en 2011, un accord autorisant la diffusion des épisodes de Reading Rainbow était passé entre les deux opérateurs. De la sorte RRKidz avait le droit de diffuser les épisodes sur sa plateforme. 

 

Mais Burton s’est fait prendre la main dans le pot à cookies par les avocats de WNED. En 2015, ces derniers dénoncent le contrat, affirmant que Burton en avait violé les termes, en créant un nouveau contenu, sous l’appellation Reading Rainbow, pour son site. Le tout en négociant la diffusion avec Netflix en secret. Pas bien...

 

Ce 4 août, une nouvelle plainte est tombée, mettant toujours en accusation Burton et RRKidz, portant strictement sur la marque Reading Rainbow. En effet, dans le cadre de son podcast, WNED parvient à démontrer qu’une référence trop directe à Reading Rainbow tend à faire croire que le podcast est lié à la marque. Erreur : en réalité, ce sont les médias qui ont totalement pataugé dans la semoule.

 

Pour évoquer le podcast, la presse américaine s’est en effet raccrochée à ce que Burton avait dit, définissant son podcast comme un « Reading Rainbow pour adultes ». Et par la force des choses, c’est devenu le slogan de l’émission audio. Intolérable pour WNED, qui une fois de plus a le sentiment compréhensible que le présentateur tente de la lui jouer à l’envers. 

 

WNED conteste donc l’usage même fait de la marque, mais également des punchlines dont il se servait régulièrement dans l’émission télévisée – “I’ll see you next time” ou encore “but you don’t have to take my word for it”. Or, ces dernières étaient véritablement devenues les slogans de l’émission que possédait WNED.
 

La justice condamne des remix jeunesse de classiques américains


Définir l’étendue du préjudice sera le fait de la justice, attendu que WNED pourra véritablement démontrer que lui et sa société RRKidz ont violé les termes du contrat passé. Des recherches qui promettent d’être épineuses et complexes. Dans tous les cas, WNED a déposé un large éventail de plaintes, exigeant, entre autres, la suppression du site internet et des différents réseaux sociaux liés. 


Reading Rainbow, l'émission originale

 

 

« L’objectif de M. Burton est de prendre le contrôle et de profite des avantages de la marque Reading Rainbow », assène le diffuseur. Et d’enchaîner avec des choses plus concrètes : violations du copyright, cybersquatting, violation de contrat, parasitisme, et interférence avec une clientèle. (à retrouver ici)
 

Le réseau BitTorrent incarne “la plus grande organisation criminelle au monde”


Et tout cela alors que l’accord de 2011 est toujours débattu entre avocats. À cette heure, les contenus Reading Rainbow de YouTube ont été supprimés de même que les références Reading Rainbow Skybrary sur iTunes, qui ont été remplacées par LeVar Burton Kids Skybrary.