Un deuxième trimestre sous le signe du bénéfice pour Amazon, à 84 millions €

Clémence Chouvelon - 24.07.2015

Edition - Economie - Amazon - rapport financier


Amazon a livré son rapport financier concernant le deuxième trimestre de 2015. Et les résultats sont surprenants pour la firme de Jeff Bezos qui enregistre, malgré un début d'année marqué par les pertes, un bénéfice net de 92 millions $ (84 millions €), soit 19 % par action. Amazon pourrait désormais valoir plus cher que Wal-Mart, dont la capitalisation boursière représente 233 milliards $, contre 266 milliards $ pour celle d'Amazon.​

 

Amazon on Mars (The Economist, 21-27 juin 2014)

(ActuaLitté CC BY SA 2.0)

 

L’année passée et à la même période, Amazon observait des pertes de 126 millions $ ou 27 % par actions. Les analyses prévisionnelles prévoyaient pour le second trimestre de 2015 des pertes de 14 % par actions et un chiffre d’affaires de 22,4 milliards $. Ce dernier s’élève finalement à 23,2 milliards $, une augmentation de 19,9 % par rapport aux résultats de 19,3 milliards $ en 2014.

 

Cette croissance serait notamment liée aux revenus générés par le Cloud d’Amazon, les services de stockage sur internet, qui ont bondi de 81,5 % à 1,82 milliard $, soit près de 8 % du chiffre d’affaires de ce trimestre.

 

Pour son troisième trimestre, la firme prévoit une croissance de 13 à 24 % par rapport à l’année passée, soit un chiffre d’affaires de près de 23,3 à 25,5 milliards $. Son bénéfice d’exploitation irait quant à lui d’une perte de 480 millions $ à 70 millions $ de profit. À la même période en 2014, Amazon s’en sortait avec des pertes à 554 millions $.

 

Le 15 juillet, Amazon fêtait ses 20 ans par une journée de réduction exclusive pour les membres du programme Premium. À l’occasion de l’événement dénommé Prime Day, plus d’un millier de Kindle ont été commandés et avec 34.4 millions de produits vendus, synonymes d’une augmentation de 266 % des commandes pour Amazon, par rapport au Friday Day de 2014. Le géant américain a même fait acte « de records mondiaux » avec 398 commandes par secondes.

 

Un événement qui n’a néanmoins pas fait l’unanimité, comme en témoignait le hashtag #PrimeDayFail sur Twitter, montrant la déception de beaucoup de clients.