3 membres de l'Association des écrivains iraniens emprisonnés

Antoine Oury - 02.10.2020

Edition - International - association ecrivains iran - iran auteurs prison - Keyvan Bajan


Baktash Abtine, Reza Khandan-Mahabadi et Keyvan Bajan, tous les trois membres de l'Association des écrivains d'Iran, ont été condamnés à des peines de prison, reconnus coupables de « propagande contre le régime » et « complot contre la sécurité du pays ». Les trois hommes avaient été convoqués par le régime en début d'année.

Teheran - Livre Paris 2016


Baktash Abtine, Reza Khandan-Mahabadi et Keyvan Bajan ont été respectivement emprisonnés après avoir été condamnés à 6 ans, 3 ans et demi et 6 ans de prison par un tribunal de Téhéran, accusés de « propagande contre le système » et d’« atteinte à la sécurité nationale », rapporte RFI.

Selon Ali Kakavande, poète et membre de l’Association des écrivains d’Iran, « la crainte du gouvernement iranien du mécontentement général le pousse à mettre en prison les écrivains indépendants et les défenseurs de la liberté d’expression ». Le journal de l'Association des écrivains d'Iran, La pensée libre, aurait été cité pendant le procès, comme la participation des trois hommes, en 2015, à un hommage rendu à deux écrivains assassinés par des agents des services secrets iraniens.

D'après Ali Kakavande, l'association n'a pas pour vocation de s'opposer au régime, comme le laissent entendre les accusations portées. « L’Association des écrivains n’a jamais eu une telle vocation depuis sa naissance, il y a plus de cinquante ans. L’arrestation de ses membres est dans la continuité des pressions exercées contre elle. » L'association a été créée pour protester contre la censure, et défendre la liberté d'expression.

Le Centre pour les droits de l’homme en Iran (CDHI) avait rapporté trois condamnations, en mai 2019, qui infligeaient des peines de prison de 6 ans à chacun des trois hommes. En décembre 2019, la Cour d'appel iranienne avait revu la peine de Reza Khandan-Mahabadi, mais confirmé les deux autres sentences.
 
L'emprisonnement, au sein de la prison d’Evine, à Téhéran, est effectif depuis le 26 septembre dernier, décalé en raison de l'épidémie de Covid-19. 

L'association demande « à tous les écrivains, poètes et artistes d’être la voix des écrivains emprisonnés en Iran et d’exiger leur libération ».

Photographie : Téhéran au salon Livre Paris 2016 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.