30 % de droits sur le numérique, et plus de préférence pour les auteurs

Clément Solym - 26.11.2011

Edition - Economie - droits d'auteur - numérique - augmenter


Voilà un mois et demi, l'agent littéraire Andrew Wylie, surnommé Le Chacal, avait posé les bases de son futur. 50 % des droits pour l'auteur, et pas plus de 30 % pour les distributeurs. Le reste du prix d'un ebook, c'est pour l'éditeur.


Andrew avait provoqué un véritable scandale, en ouvrant une maison d'édition numérique, pour commercialiser quelques prestigieux auteurs, en dépit de leurs éditeurs papier. Mais il avait été remis dans le droit chemin, notamment après une conversation avec Antoine Gallimard. On sous-estime la force de l'exception culturelle française...

 

Selon Wylie, les éditeurs ont tendance à se goinfrer un peu trop en ne proposant que 25 % de droits pour les auteurs. Mais la situation pourrait bien évoluer, et plus rapidement que prévu.

 

30 % au moins, et plus de préférence

 

La nouvelle présidente de la so british Society of Authors, Lindey Davis, vient de faire valoir qu'elle poursuivrait le combat de son prédécesseur, Tom Holland, sur la question des droits. Elle considère, en effet, que les auteurs devraient bien demander « 30 % de droits d'auteur sur les ebooks, et qu'un montant plus élevé que cela serait plus juste ».

 

 

Elle invite également les auteurs à s'impliquer un peu plus dans l'industrie elle-même, à mieux en comprendre les rouages - et se dit attristée de ce que certains le refusent. Une indifférence endémique, qui s'étend bien au-delà de l'édition, et se ressent dans toute la société, déplore-t-elle.

 

Depuis ses 25 années d'expérience dans l'édition, elle se souvient bien qu'il a toujours flotté un vent de 'ça n'a a jamais été aussi mauvais qu'actuellement', variante sur le thème, 'c'était mieux avant'. Cependant, elle entend conserver son optimisme, et aller de l'avant, justement.

 

La collaboration de la Society of Authors, avec d'autres regroupements d'écrivains comme la Crime Writers Association, ou la Romantic Novelists' Association, pourrait également apporter un nouveau souffle.

 

C'est connu, on est plus fort quand on est unis...