Les calligraphies japonaises de l'artiste Tanaka Shingai à la BnF

Clémence Chouvelon - 03.07.2015

Edition - Société - Tanaka Shingai - calligraphie japonaise - Shodo BnF


La Bibliothèque nationale de France (BnF) a annoncé son acquisition prochaine de 38 calligraphies japonaises contemporaines de Tanaka Shingai (1942 — 2007). Le don vient du temple de Kurama au Japon et de l’Association Sho International de Lyon.

 

 L'art de la calligraphie japonaise, ici par l'artiste Honami Kōetsu

 

 

Le don à la BnF est composé de 38 calligraphies de l’artiste japonais, réalisées entre les années 1980 et le début des années 2000. Elles vont rejoindre le fonds du département des Manuscrits.

 

Si le département conservait jusqu’à lors des chefs d’œuvres de la calligraphie chinoise, elle n’en possédait que peu représentatifs de cet art japonais à l’époque contemporaine. Elle s’en était vu léguer ponctuellement, parmi lesquelles des œuvres de Arakane Dairin, Kaneko Otei, Nozaki Yûkoku, ou Fujita Kinji.

 

Réalisées à l’encre sur papier, il s’agit principalement de poèmes et de maximes ou de caractères uniques évoquant la féminité, la spiritualité bouddhique ou la nature.

 

Tanaka Shingai est née en 1942 à Tottori, au Japon. Passionné par la calligraphie, il a étudié cet art à Kyoto, en tant que disciple de Goshin Yasui. Il a vécu entre la France (à Lyon) et le Japon, et a enseigné le « shodo » (l’art de la calligraphie japonaise) à des artistes occidentaux, notamment à l’école Sho International, qu’il a fondée en 1984. La ville de Kyoto lui avait décerné le prix Art et Culture en 2005.

 

Les œuvres de Shingai seront numérisées et consultables sur Gallica dès septembre 2015.  


Pour approfondir

Editeur :
Genre : art et civilisation
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782351280720

Shingai Tanaka, calligraphe de kyôto

Tanaka est né en 1942 à Tottori (Japon). Vice-Président de l'association des Calligraphes de Kyôto, il a enseigné tant à des disciples japonais (Ecole Bokushin Shogei), qu'à de nombreux élèves occidentaux dans le cadre de l'association Sho International, qu'il a fondée à Kyôto en 1984. Son but, en effet, a toujours été de témoigner du caractère universel de la calligraphie sino-japonaise, et de la richesse de ses rencontres avec d'autres arts et d'autres sensibilités à travers le monde.

J'achète ce livre grand format à 17.40 €