medias

4000 personnes perdront leur emploi chez Pearson, premier éditeur mondial

Antoine Oury - 21.01.2016

Edition - Economie - Pearson éditeur - emplois réduction coûts - licenciements édition


Pearson, premier éditeur mondial, fait état depuis plusieurs mois de résultats en baisse. Si l'année 2015 se termine encore avec des bénéfices à hauteur de 720 millions £, la multinationale juge nécessaire de se séparer de 4000 employés, en prévision de nouvelles baisses prévues en 2016. Les licenciements recouvrent pas moins de 10 % de l'effectif total du groupe.

 

Pearson HQ Melbourne

Le siège de Pearson, à Melbourne (Michael Coghlan, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le groupe explique ces coupes d'effectifs par les changements dans le secteur de l'éducation au Royaume-Uni, une baisse des abonnements aux États-Unis, la baisse des aides gouvernementales et des étudiants qui se tournent vers un marché de l'occasion. Le bilan 2015 de Pearson est malgré tout positif, avec des bénéfices qui se soldent à 720 millions £, et un bénéfice par action estimé à 70 pence. 

 

Néanmoins, ce sont 4000 personnes qui perdront leur emploi, en raison de prévisions à la baisse pour l'année 2016 : Pearson s'attend à des bénéfices en baisse, entre 580 et 620 millions £, et 55 pence par action, au maximum. « Les défis conjoncturels et politiques liés à nos plus grands marchés ont été plus prononcés, et vont durer plus longtemps que prévu », a simplement commenté John Fallon, PDG de Pearson.

 

Avec cette restructuration, qui coûtera 320 millions £, Pearson sera « en position de croissance sur les marchés principaux ». La suppression de 4000 emplois permettra d'économiser 250 millions £ en 2016 et 100 millions £ l'année suivante. La restructuration avait été annoncée en mai 2015, mais on évoquait à l'époque 3000 emplois sur la sellette.

 

La multinationale a déjà fixé ses objectifs pour 2018, avec la résolution de terminer l'année avec 800 millions £ de bénéfices, avec « le lancement de nouveaux produits, une stabilisation des abonnements des lycées américains et du marché britannique à la fin de l'année 2017 ». Évidemment, ces déclarations ont pour but de conforter les actionnaires, et cela a fonctionné, avec une hausse en Bourse ce matin.

 

Les suppressions de poste ne concerneront pas Penguin Random House, et pour cause : Pearson se partage le groupe avec l'allemand Bertelsmann. Début 2015, Pearson avait déjà annoncé une hausse très modeste de ses bénéfices (de 710 à 720 millions £), que le groupe attribuait aux coûts de la restructuration amorcée en 2013. Au cours de l'année 2014, Pearson a vendu les parts qu'il possédait dans les journaux The Economist et The Financial Times.

 

Les 4000 licenciés pourront s'interroger sur la stratégie globale de Pearson : constatant une baisse des achats et abonnements à ses titres pédagogiques, au Royaume-Uni, le groupe a choisi d'augmenter radicalement les prix de ses produits, avec des hausses parfois supérieures à 100 %, générant un peu plus de défiance auprès de ses clients habituels, universités ou bibliothèques.

 

En novembre dernier, le 2e Panorama EY-France Creative indiquait que l'industrie du livre, en France, avait perdu 7 % de ses emplois entre 2011 et 2013. La catégorie la plus touchée était celle des auteurs et traducteurs (- 24 %), loin devant l'édition, qui perdait 2 % de sa masse salariale sur la même période.

 

(via The Bookseller)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.